L’arche comme seuil auditif

L’arche, pensée à l’image d’une porte ouverte, fonctionne comme telle lorsqu’on la traverse.  Mais à la façon d’un «col», le piéton s’élève, passe un sommet et redescend de l’autre côté.  L’articulation kinésique et altimétrique est aussi sensible par le son :  au fur et à mesure que le passant monte, la réverbération du toit de l’arche se fait sentir, puis les flux routiers en contrebas envahissent peu à peu l’expérience auditive isolant le marcheur dans le milieu routier.

En sens inverse, venant de la jetée et des cimetières, le piéton franchit le bruit routier,pénètre petit à petit la sphère vocale qui se déploie côté esplanade lorsqu’il vient du monde opposé.

Ecoute de ce trajet  :  En venant du côté du cimetière : on entend d’abord les pas sur le revêtement de bois, puis avec le changement de sol (passage à des dalles sur plots), ils disparaissent, le fond sonore est constitué d’oiseaux lointains, d’une « brume sonore » indifférenciée composée du fond urbain, d’un avion et de quelques cris réverbérés lointains, au fur et à mesure que l’on monte les escaliers de l’arche côté ouest, le son routier semble monter aussi, des chocs entre câbles des ascenseurs produisent des sons étranges lorsqu’on parvient au « sommet », puis petit à petit émergent des voix et la composition se modifie graduellement, l’articulation se fait en douceur, d’abord réverbérées les voix forment petit à petit  une enveloppe de plus en plus imergente, le fond initial est absorbé dans cette enveloppe vocale de proximité, le lointain disparaît. LaDéfensePassageTraversArcheSeuilOuestEst130421(14h)-0056 Racccourci

Coupe Arche de la Défense coupe sur le côté Est, l’esplanade de la Défense et ses dessous


Une réflexion au sujet de « L’arche comme seuil auditif »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *