Les transformations de Poble Nou au moment des aménagements Olympiques

Les aménagements de Poble Nou  s’inscrivent dans un mouvement général de reconquête urbaine : « Partout en Espagne, les rues et les places, perçues durant le franquisme comme les endroits de la peur, deviennent la scène privilégiée de retrouvailles communautaires. Elles sont également les lieux où les villes peuvent réaffirmer leur identité en se démarquant de la politique centralisée précédente. Enfin, les élus comprennent vite que l’aménagement de tels espaces est électoralement payant. Dans un tel contexte, il s’agit bien évidemment d’espaces très formalisés, cherchant à s’opposer au caractère chaotique des sites qui les entourent et faisant appel à l’histoire et à la mémoire locale. On construit ainsi plaças majores et promenades avec l’illusion que le recours au passé devrait suffit pour conférer du sens à ces nouveaux espaces. Les villes vont profiter du moindre coin vide pour générer un nouvel espace dans les tissus urbains anciens et les espaces publics sont au cœur des nouveaux programmes. » (François Mancebo : Stratégies barcelonaises : reconfigurer la ville entre projets urbains partiels et urbanisme de grands événements : halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/…/Article_Mancebo_Quebec.doc‎)

A Barcelone, l’espace public devient ainsi « un élément essentiel dans la conception des projets urbains, avec notamment l’aménagement de 200 hectares de nouveaux parcs et jardins entre 1982 et 1992, ainsi que nombre de promenades, particulièrement près du vieux port. Dans un premier temps, les espaces publics sont petits, répartis sans structure d’ensemble préalable plutôt dans les aires centrales. Ce sont des espaces sont très travaillés, minéraux avec un recours à la création d’enceintes pour les qualifier. Ils se situent dans les vides disponibles, facilement aménageables pour répondre aux demandes immédiates des habitants et à des usages variés. L’idée est de privilégier une multitude de micro-actions concrètes qui sont supposées former à terme des noyaux de régénération. Puis, les emprises des projets deviennent plus importantes et se déplacent vers les périphéries. »  (François Mancebo : Stratégies barcelonaises : reconfigurer la ville entre projets urbains partiels et urbanisme de grands événements : halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/…/Article_Mancebo_Quebec.doc‎).

 

La reconquête du littoral au moment des jeux olympiques (1992) à Barcelone est l’occasion d’absorber les infrastructures  et de redessiner la côte jusqu’alors occupée par les industries. La côte littorale avant aménagement :

littoralPNouavtamngt copie

Sur le plan dessiné ci dessous (non réalisé) , si on le compare à la photo de maquette plus bas (aménagement réalisé) on voit que tout un front bâti s’alignait à la place des espaces de sport actuels, et qu’il était prévu aussi sur la partie arrière du cimetière, de remplacer les bâtiments existants par un jardin.

planColoréAmngtInitialPNou copie

 

L’avenue Icaria se place dans l’axe du cimetière de Poble Nou.

Sans titre-1

 

 


2 réflexions au sujet de « Les transformations de Poble Nou au moment des aménagements Olympiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *