Génèse des sites en miroir

https://vimeo.com/85531384

https://vimeo.com/85531668

 

Présentation croisée des terrains

 

Concernant l’investigation des seuils en milieu urbain, le travail d’analyse se développe sur deux sites : dans le grand Paris (La Défense) et à Barcelone (Poble Nou). Ils ont pour particularité de juxtaposer des fonctions extrêmement différentes dans un entrelacs urbain.

Dans les deux cas, un cimetière (ou deux cimetières très proches) construit en dehors de la ville dans les XVIIIème ou XIXème siècle se retrouve aux entrailles de quartiers nouveaux ou en pleine mutation. Les cimetières de Neuilly et Puteaux construits fin du XIXème siècle sont ainsi aujourd’hui en plein quartier d’affaire, dominés par la dalle de la Défense et les hautes tours de bureaux.  Le cimetière dit “vieux” ou “de l’est” de Barcelone, construit en bord de mer fin du XVIII ème siècle se retrouve un siècle plus tard tout contre le quartier industriel de Poble nou (“nouveau village”), construit sous le modèle du plan de Cerdà pour loger les ouvriers de l’industrie textile. De plus, ce quartier s’est grandement transformé depuis les années 2000  puisque la ville de Barcelone, avec le projet 22@ le promeut comme le quartier de l’innovation urbaine, économique et sociale, un modèle de ville « compacte et dynamique ». La réhabilitation du quartier comprend aussi de nouveaux parcs (le jardin urbain de 5 hectares en bord de mer conçu par les ateliers de Jean Nouvel est inauguré en 2007) et le réaménagement d’espaces publics (la rambla de Poblenou).

Les cimetières ont des superficies assez similaires (70 000m2 pour 10 500 sépultures au cimetière de Neuilly, 53 632 m2  pour 30 768 sépultures au cimetière de Poblenou) et ne proposent tous qu’un seul accès. Par contre, leur morphologie propre et celle de leur environnement sont très différentes. À La Défense, les cimetières sont comme dans un creux, dominés par l’urbanisme de dalle et de tours, s’imposant donc visuellement. À Barcelone, le cimetière forme lui-même une bosse avec ses hauts murs et enfeus, seule la percée de l’entrée laissant entrevoir son intérieur.

L’étude de ces deux terrains nous amène à comparer deux manières différentes d’appréhender des surfaces intouchables de cimetières qui se retrouvent depuis plusieurs décennies au centre de quartiers en pleine mutation. Les positionnements politiques, culturels ou découlant de la morphologie même du cimetière seront étudiés en parallèle des pratiques et des ambiances qui font ces lieux.

Ces deux cas présentent une situation urbaine particulièrement intéressante du point de vue du côtoiement des lieux : le site parisien présente une traversée en surplomb visuel  des cimetières (la « jetée ») alors que le site barcelonais présente une situation de contournement par un haut mur fait obstacle. Dans les deux cas, la forte présence d’axes routiers majeurs est un point commun ainsi que la présence de parties végétalisées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *