Tous les articles par Olivia Germon

Variations d’usages, variations d’ambiances – La Défense

Roulettes en fin de semaine, les cadres vont prendre leur train. Roulettes le week-end, les habitants de Nanterre rentrent des courses.

(Cours Valmy, qui va du parvis (où se trouvent les centres commerciaux) au siège de la Société Générale, offrant des passages aux piétons vers les tours de Nanterre.)

Poubelles en semaine un jour de beau temps, sitôt vidées, sitôt remplies. Poubelles le week-end.

(Coin sud de la Grande Arche de la Défense)

Vidéos : O.G.

 

Procession – Poblenou

Un groupe de personnes sort du cimetière après la « mise en enfeu » d’un proche, par le portail latéral. Sitôt passé l’angle, le groupe va longer le mur latéral du cimetière sur toute sa longueur avant de rejoindre la Rambla. Le mur haut, long et aveugle, placé comme un écran de fond derrière ce mouvement d’ensemble, en renforce l’aspect linéaire et solennel. L’image d’une procession s’en dégage (alors même que les protagonistes n’en ont peut-être ni conscience ni l’intention), trace persistante de pratiques liées à la présence du cimetière dans le quartier.
Nous pouvons comparer ce mouvement d’ensemble régulier aux singularités presque affichées et visibles de toutes parts du « Défilé – entre la Rambla de Poblenou et la plage ».

Vidéo : P. Thiollière

Franges – Poblenou

Les franges des arbres en bordure du terrain de jeux forment un espace tampon – ponctué de bancs bien placés – entre le trottoir lisse et filant et la zone de jeux à découvert. Le filtre des branchages et les ombres et sons des feuillages contribuent à circoncire cet espace en lui conférant une ambiance propre.

Vidéo : O. Germon

 

Marche nonchalante

Marche nonchalante en revenant de la plage à Poblenou, tongs aux pieds dans la descente en pente douce. Les garçons et filles marchent côte à côte mais les unes derrière les autres. Voir en parallèle la vidéo « Des marches et démarches à La Défense – Axe 4 ».

Vidéo : O. Germon

Pause dans la marche

Faire une pause dans une marche relativement pressée en déviant son chemin pour quelques instants (la Jetée à La Défense, en surplomb de l’arrière du cimetière de Neuilly), ou faire une pause dans une marche tranquille en tournant son corps et son regard (Parc de Poblenou, en surplomb d’un terrain de jeux)

Vidéos : G. Chelkoff, O. Germon

Pièce ouverte au jeu

Le trottoir jouxtant l’église oecuménique de Saint Abraham à Poblenou (en face du cimetière), en constitue en quelque sorte le prolongement naturel ou le parvis, et sert provisoirement de terrain de jeux aux enfants qui fréquentent les cours de catéchisme. Il fonctionne alors comme une pièce ouverte adossée aux murs tout en courbes de l’église, où un évènement se produit, emplissant ponctuellement l’espace physique et sonore.

Vidéo : Gregoire Chelkoff

Ligne de fuite à l’ombre du mur

L’ensoleillement de la rue du Taulat, qui longe le mur latéral du cimetière de Poblenou côté ville, détermine une ligne d’ombre franche, vers le mur le matin, vers les fabriques l’après-midi. Cette forte latéralisation de l’ambiance thermique et lumineuse par temps chaud et beau, semble avoir un impact sur la décision de marcher ou non du côté de ce mur pourtant haut, uniforme et dont la longueur paraît sans fin. Le piéton choisit alors de marcher assez près du mur ou s’en éloigne légèrement, contournant les réverbères, dévie légèrement sa trajectoire ou change sa canne de main pour un instant au croisement d’un autre piéton ou pour éviter la caméra.

Du côté des fabriques, le trottoir est large, animé de présence végétale (alignement d’arbres de moyenne hauteur), des échappées visuelles et sonores transversales sont possibles lorsque les portes des artisans sont ouvertes (son des machines, voix, radio). Du côté du cimetière, l’autre face de la rue  présente un mur quasi-monochrome, sans animation, haut et long de 270 mètres, bordé d’un trottoir relativement étroit, planté de hauts réverbères, au sol de dalles de ciment gris (imitant de petits pavés), le regard du marcheur fuit en avant, vers le bout du mur, son attention n’est détournée que par le passage d’une voiture ou d’une camionnette, ou par le croisement d’un autre piéton.

Vidéo : O. Germon