Tous les articles par Pascaline Thiolliere

Cohabitation ?

Les cimetières, champs de repos de nos morts ne sont pas des voisins toujours appréciés. Ils nous renvoient à notre propre finitude, nous rappellent des moments douloureux, évoquent un monde inconnu qui est notre destin commun. Pour autant, le calme et la végétation qu’ils nous offrent sont très prisés, particulièrement dans les milieux très urbanisés qui correspondent à nos terrains d’enquête.

Le situation de surplomb au dessus de la canopée des arbres du cimetière de Neuilly est confortable. La vue sur les tombes se dérobe ici ou là, au rythme des saisons. Pris pour un parc par les passants occasionnels ou les touristes, le cimetière a une canopée rénovée depuis la création de la passerelle. Pourtant son accès reste une énigme, peu encourageante pour les promeneurs urbains. La cohabitation urbaine entre cette pièce funeste et intouchable et les aménagements progressifs de La Défense donne lieu a un jeu d’impasses, d’énigmes, de traces de projets inachevés, de traces de chantier permanent, de ruptures d’ambiances dans les couches du mille-feuille. Espace de multiples projections et symbole de la poursuite du grand axe au delà de l’Arche, la pièce contenant les deux cimetières et traversante par la jetée restait encore en suspend pendant notre enquête.  Au début des années 90,  quand l’EPAD choisi les architectes Paul Chemetov et Borja Huidobro ainsi que le paysagiste Gilles Clément pour l’extension de l’aménagement de l’axe historique, ceux-ci voient dans ces cimetières la possibilité d’offrir une poche verte à l’univers de béton et de verre de La Défense. Ils imaginent relier les deux cimetières entre-eux au niveau des jardins de l’Arche par un passage bordé de cèdres. Nous verrons que cette connexion n’a pu être réalisée. On limite au maximum les frottements. Peut-être peut-on à ce titre plutôt parler de coexistence.

Aujourd’hui les travaux pour l’Arena 92 ont débutés et une reconfiguration des usages et potentielles approprations se profile.

Les abords du cimetière sont le terrain d’une guerre foncière et symbolique qui se solde par une mise à distance de l’accès unique – les accès secondaires donnant sur le jardins de l’Arche sont condamnés, et la restriction des vues sur le cimetière par de nouvelles constructions. Il est évident que ce cimetière « fait tâche » ici et sa présence surprend.

 

Les accès aux cimetières ont été déplacés sur les boulevards extérieurs au moment de la construction des boulevards de ceinture de La Défense. La ville de Neuilly explique sur son site internet qu’il faut pour se rendre au cimetière nouveau en transport en commun “descendre à La Grande Arche et suivre les indications” en précisant entre parenthèses: « moyen d’accès assez compliqué ». Une expérience de mobilité éprouvante.

 

Génèse des sites en miroir

https://vimeo.com/85531384

https://vimeo.com/85531668

 

Présentation croisée des terrains

 

Concernant l’investigation des seuils en milieu urbain, le travail d’analyse se développe sur deux sites : dans le grand Paris (La Défense) et à Barcelone (Poble Nou). Ils ont pour particularité de juxtaposer des fonctions extrêmement différentes dans un entrelacs urbain.

Dans les deux cas, un cimetière (ou deux cimetières très proches) construit en dehors de la ville dans les XVIIIème ou XIXème siècle se retrouve aux entrailles de quartiers nouveaux ou en pleine mutation. Les cimetières de Neuilly et Puteaux construits fin du XIXème siècle sont ainsi aujourd’hui en plein quartier d’affaire, dominés par la dalle de la Défense et les hautes tours de bureaux.  Le cimetière dit “vieux” ou “de l’est” de Barcelone, construit en bord de mer fin du XVIII ème siècle se retrouve un siècle plus tard tout contre le quartier industriel de Poble nou (“nouveau village”), construit sous le modèle du plan de Cerdà pour loger les ouvriers de l’industrie textile. De plus, ce quartier s’est grandement transformé depuis les années 2000  puisque la ville de Barcelone, avec le projet 22@ le promeut comme le quartier de l’innovation urbaine, économique et sociale, un modèle de ville « compacte et dynamique ». La réhabilitation du quartier comprend aussi de nouveaux parcs (le jardin urbain de 5 hectares en bord de mer conçu par les ateliers de Jean Nouvel est inauguré en 2007) et le réaménagement d’espaces publics (la rambla de Poblenou).

Les cimetières ont des superficies assez similaires (70 000m2 pour 10 500 sépultures au cimetière de Neuilly, 53 632 m2  pour 30 768 sépultures au cimetière de Poblenou) et ne proposent tous qu’un seul accès. Par contre, leur morphologie propre et celle de leur environnement sont très différentes. À La Défense, les cimetières sont comme dans un creux, dominés par l’urbanisme de dalle et de tours, s’imposant donc visuellement. À Barcelone, le cimetière forme lui-même une bosse avec ses hauts murs et enfeus, seule la percée de l’entrée laissant entrevoir son intérieur.

L’étude de ces deux terrains nous amène à comparer deux manières différentes d’appréhender des surfaces intouchables de cimetières qui se retrouvent depuis plusieurs décennies au centre de quartiers en pleine mutation. Les positionnements politiques, culturels ou découlant de la morphologie même du cimetière seront étudiés en parallèle des pratiques et des ambiances qui font ces lieux.

Ces deux cas présentent une situation urbaine particulièrement intéressante du point de vue du côtoiement des lieux : le site parisien présente une traversée en surplomb visuel  des cimetières (la « jetée ») alors que le site barcelonais présente une situation de contournement par un haut mur fait obstacle. Dans les deux cas, la forte présence d’axes routiers majeurs est un point commun ainsi que la présence de parties végétalisées.

Rythmes, rituels et seuils temporels

Entre 8h45 et 9h45, le flux entre la sortie de RER et l’entrée des bureaux de la Société Générale est permanent et dense; dans ce laps de temps, les 7000 personnes qui travaillent dans les tours rejoignent leur bureau. On avance silencieusement dans la même direction et sur un rythme proche, marquant ainsi temporellement l’ambiance de la dalle. Pas cadencés, valises à roulettes sur les pavés de granit, martèlements réverbérés sur les façades de verre, visages pressés aux traces de sommeil, corps dans un déplacement machinal, peu alerte et presque solennel. Ce rituel de mise en marche des tours de bureaux marque un seuil, un changement de paradigme, après lequel l’ambiance sera désormais au sérieux des affaires, quelques salariés allant pressés d’une tour à l’autre, pour une réunion ou un rendez-vous.

Mise en marche

RER_SG_tracesSol  vue d’oiseau, on remarque les traces sur sol aux passages les plus empruntés

FluxRerSG

Aux alentours de midi, les salariés ressortent des tours en petits groupes, plus bavards qu’au petit matin. Le temps du déjeuner marque un nouveau seuil, un temps suspendu entre le travail du matin et celui de l’après-midi, où les travailleurs en col blanc se dispersent dans les divers lieux de restauration, sur les marches ou sur quelques assises hasardeuses, guettant les trouées dans l’ombre des tours. Les bancs le long de la jetée sont également très appréciés le temps de la pause déjeuner, on y apprécie la distanciation qu’elle permet par rapport à la dalle, suspendue au dessus de la canopée des charmes du cimetière; les chants d’oiseaux et les vibrations de la passerelle offrent un autre univers sonore et le jardin de l’Arche en contrebas représente une zone de retrait où certains y déssereront la cravate le temps d’une partie de pétanque. (voir art. sur la Jetée http://lambiophil.hypotheses.org/18)

Déjeuner semaine

 

Corps et décors extrêmes

Quand les décors extrêmes de la dalle invitent à des pratiques insolites, où bornes, assises, rambardes, parois de verre, piliers, pentes, etc. sont objets de détournement.

Comment la mobilité dans ces décors invitent certains corps à des prise de risque au seuil du danger.

 

f348792528Photo O. Germon

f492263288Photo G. Chelkoff : la rupture routière offre une expérience inédite des talus bétonnés.

Ces pratiques dépassent largement le seuil d’un usage « normal » des lieux, et sont souvent mises en oeuvre en groupe.