Archives de catégorie : 3 Seuils sensibles

Les seuils sensoriels mettent en jeu les niveaux d’éveil de la sensibilité qu’elle soit visuelle, sonore ou vibratoire, kinésique ou aérothermique. On s’intéresse ici aux éléments susceptibles de marquer des différences parfois subtiles mais bien présentes (localisation, vibration). Ces éléments de « second plan » peuvent en même temps venir au premier plan et « réveiller » la perception et l’action ou encore former des énigmes ou des paradoxes sensibles (de localisation, de concordance,
Cette mise en jeu des seuils de perception dans les aménagements et les matières contemporaines sont-ils le signe d’une « nouvelle » sensibilité ?

Variations d’usages, variations d’ambiances – La Défense

Roulettes en fin de semaine, les cadres vont prendre leur train. Roulettes le week-end, les habitants de Nanterre rentrent des courses.

(Cours Valmy, qui va du parvis (où se trouvent les centres commerciaux) au siège de la Société Générale, offrant des passages aux piétons vers les tours de Nanterre.)

Poubelles en semaine un jour de beau temps, sitôt vidées, sitôt remplies. Poubelles le week-end.

(Coin sud de la Grande Arche de la Défense)

Vidéos : O.G.

 

Franges – Poblenou

Les franges des arbres en bordure du terrain de jeux forment un espace tampon – ponctué de bancs bien placés – entre le trottoir lisse et filant et la zone de jeux à découvert. Le filtre des branchages et les ombres et sons des feuillages contribuent à circoncire cet espace en lui conférant une ambiance propre.

Vidéo : O. Germon

 

Pièce ouverte au jeu

Le trottoir jouxtant l’église oecuménique de Saint Abraham à Poblenou (en face du cimetière), en constitue en quelque sorte le prolongement naturel ou le parvis, et sert provisoirement de terrain de jeux aux enfants qui fréquentent les cours de catéchisme. Il fonctionne alors comme une pièce ouverte adossée aux murs tout en courbes de l’église, où un évènement se produit, emplissant ponctuellement l’espace physique et sonore.

Vidéo : Gregoire Chelkoff

Au seuil de l’usage

Les lieux, de par leur agencement, leur forme, leurs matériaux, les détails de leur mobilier, constituent pour certains publics (des enfants, des randonneurs, des skateurs, des amateurs de sport extrême) des déclencheurs d’actions « hors-normes », qui dépassent les seuils d’usages standards, allant parfois jusqu’à une véritable prise de risque.

Ces pratiques décalées révèlent à la fois l’ambivalence du statut de ces espaces et le glissement progressif de sens entre :

« espaces publics » pouvant contenir des conduites anonymes mais où l’usage commun fait la règle

– et « espaces des publics » où certaines pratiques jadis confinées dans l’enceinte du privé s’extériorisent jusqu’à une mise en scène de soi qui révèle la potentielle dimension spectaculaire des lieux – ou bien celle-ci y était-elle déjà inscrite ?

Poblenou – Petits détournements d’usage

Du mobilier urbain détourné naturellement par les enfants qui transforment une table de ping-pong en abri et un local à poubelles en tambours du Bronx. Les skateurs du coin ont trouvé une utilisation possible de la piscine à sec qui jouxtait ce terrain de jeux et font d’un plongeoir une rampe pour mieux se filmer. La bordure ronde, en forme de boudin, devient un banc d’assise pour les petits qui viennent y manger leur goûter à la sortie de l’école située juste en face, ou bien une poutre pour les amateurs funambules de tous âges.

Vidéo : O. Germon

La Défense – Pratiques décalées et détournements d’objets urbains

La dalle de la Défense arpentée par les randonneurs devient un paysage complexe dans lequel les franchissements sont multiples. Les jeunes acrobates prennent pour terrain de jeu privilégié le site de La Défense et sa Jetée, dont les garde-corps suspendus à 6 à 12 mètres de haut deviennent des poutres aériennes, les bornes demi-sphériques des appuis de salto avant et les sculptures des mâts chinois pour filmer leurs exploits. La rupture routière offre une expérience inédite des talus bétonnés et les façades miroirs des bureaux, quant à elles, sont parfaites pour répéter une danse ou faire de la gymnastique en groupe (pratique qui prend place à divers endroits de la Dalle).

Vidéos : O. Germon, P. Thiollière

Poble Nou : articulations dans la douceur des pentes

Les pentes qui aboutissent au sommet organisent des seuils de perception. En même temps que l’horizon apparaît progressivement à l’oeil du marcheur, l’environnement sonore devient d’un coup plus perméable en s’ouvrant au trafic routier le long du littoral, l’échelle de la perception, de l’environnement comme d’autrui, change, faisant passer rapidement d’une ambiance à une autre.

Ecoute du fragment sonore :

Vue de la montée vers l’horizon littoral :

DSCN2128

Descente vers la ville

DSCN2118

 

 

 

Au seuil de la nuit : la perception transformée

Peu avant que la nuit gagne et que l’éclairage artificiel prenne le relai, l’expression « entre chien et loup » explicite bien ce seuil de passage si subtil entre la vision du mode diurne au mode nocturne. La luminosité et les couleurs se transforment, le paysage urbain se révèle sous un nouvel aspect, les passants deviennent des silhouettes avec le crayons rasants de la lumière, moment de suspension, voire de contemplation possible, ici mis en jeu par le point de vue dominant sur le cimetière qui devient une masse sombre.

IMG_2334

 

 

Pratiques photographiques dans les étranges reflets du soir qui enveloppent le lieu mais ne durent qu’un instant

IMG_2333