Archives de catégorie : Seuils labiles

La labilité des seuils concerne les variations selon lesquelles ils apparaissent ou sont utilisés. Certaines circonstances sont alors déterminantes : ombre, son, usages, stratégies par rapport aux variations ambiantales et climatiques, enjeux temporels des usages.

Pièce ouverte au jeu

Le trottoir jouxtant l’église oecuménique de Saint Abraham à Poblenou (en face du cimetière), en constitue en quelque sorte le prolongement naturel ou le parvis, et sert provisoirement de terrain de jeux aux enfants qui fréquentent les cours de catéchisme. Il fonctionne alors comme une pièce ouverte adossée aux murs tout en courbes de l’église, où un évènement se produit, emplissant ponctuellement l’espace physique et sonore.

Vidéo : Gregoire Chelkoff

Au seuil de l’usage

Les lieux, de par leur agencement, leur forme, leurs matériaux, les détails de leur mobilier, constituent pour certains publics (des enfants, des randonneurs, des skateurs, des amateurs de sport extrême) des déclencheurs d’actions « hors-normes », qui dépassent les seuils d’usages standards, allant parfois jusqu’à une véritable prise de risque.

Ces pratiques décalées révèlent à la fois l’ambivalence du statut de ces espaces et le glissement progressif de sens entre :

« espaces publics » pouvant contenir des conduites anonymes mais où l’usage commun fait la règle

– et « espaces des publics » où certaines pratiques jadis confinées dans l’enceinte du privé s’extériorisent jusqu’à une mise en scène de soi qui révèle la potentielle dimension spectaculaire des lieux – ou bien celle-ci y était-elle déjà inscrite ?

Poblenou – Petits détournements d’usage

Du mobilier urbain détourné naturellement par les enfants qui transforment une table de ping-pong en abri et un local à poubelles en tambours du Bronx. Les skateurs du coin ont trouvé une utilisation possible de la piscine à sec qui jouxtait ce terrain de jeux et font d’un plongeoir une rampe pour mieux se filmer. La bordure ronde, en forme de boudin, devient un banc d’assise pour les petits qui viennent y manger leur goûter à la sortie de l’école située juste en face, ou bien une poutre pour les amateurs funambules de tous âges.

Vidéo : O. Germon

La Défense – Pratiques décalées et détournements d’objets urbains

La dalle de la Défense arpentée par les randonneurs devient un paysage complexe dans lequel les franchissements sont multiples. Les jeunes acrobates prennent pour terrain de jeu privilégié le site de La Défense et sa Jetée, dont les garde-corps suspendus à 6 à 12 mètres de haut deviennent des poutres aériennes, les bornes demi-sphériques des appuis de salto avant et les sculptures des mâts chinois pour filmer leurs exploits. La rupture routière offre une expérience inédite des talus bétonnés et les façades miroirs des bureaux, quant à elles, sont parfaites pour répéter une danse ou faire de la gymnastique en groupe (pratique qui prend place à divers endroits de la Dalle).

Vidéos : O. Germon, P. Thiollière

Jeux de seuils

Les joueurs de boules regardés par des passants sur la jetée
Les joueurs de boules regardés par des passants sur la jetée

Différentes situations entre le dessus et le dessous de la jetée. Le dessous de la jetée est utilisé entre midi et deux par les « joueurs » (terrain de boules, jeu de bois).

A l’homogénéité apparente de l’expérience spatiale se superposent les marqueurs sonores des lieux qui en structurent l’expérience dynamique : sons des pas sur le sol en bois de la jetée, l’escalier métallique tonitruant lorsqu’il est emprunté par les passants, les voix des joueurs en contrebas et les chocs entre les pièces du jeu,…Puis en se déplaçant un peu plus vers le cimetière, un calme prend place et offre un retrait auditif par rapport à tout le milieu alentour.

Corps et décors extrêmes

Quand les décors extrêmes de la dalle invitent à des pratiques insolites, où bornes, assises, rambardes, parois de verre, piliers, pentes, etc. sont objets de détournement.

Comment la mobilité dans ces décors invitent certains corps à des prise de risque au seuil du danger.

 

f348792528Photo O. Germon

f492263288Photo G. Chelkoff : la rupture routière offre une expérience inédite des talus bétonnés.

Ces pratiques dépassent largement le seuil d’un usage « normal » des lieux, et sont souvent mises en oeuvre en groupe.

 

 

Seuils d’ombre

seuild'ombre

Le couvert végétal du parc de Poble Nou créé au moment des installations olympiques découpe l’étendue recouvrant l’autoroute et reliant la ville au littoral.

Les mobilités de la ligne littorale s’opposent à la staticité du premier plan. Au loin l’horizon, l’oeil du spectateur ici abrité perçoit la fluidité continue des mouvements le long du littoral.

La ligne d’ombre marque la frontière entre deux mondes. Les gens qui s’installent en limite, comme ces corps allongés dans l’herbe, confèrent au lieu un statut stratégique, en retrait des mondes mouvants : en même temps au soleil mais loin des flux, à l’écart des mobiles et en vue des autres, à portée d’ombre et à portée du vent littoral, dans le son atténué des flux routiers et dans la circulation auditive de l’air dans les arbres.

Image extraite de la video en lien : seuils d’ombre