Archives de catégorie : 1 Positions de recherche

Méthodes mises en oeuvre : parcours, syntagmes et paradigmes

Le choix des sites étudiés a été fait au regard des paradoxes d’ambiances qu’ils sont susceptibles de porter du fait de la juxtaposition de fonctions et d’espaces très différents et des nécessaires articulations ou inarticulations entre eux.

Les deux cas, autour des cimetières et espaces public de La Défense et Poble Nou (Barcelone) présentent une situation urbaine particulièrement intéressante du point de vue du côtoiement des lieux : le site parisien présente une traversée en surplomb visuel  des cimetières (la « jetée ») alors que le site barcelonais présente une situation de contournement d’un haut mur fait obstacle. Dans les deux cas, la forte présence d’axes routiers majeurs est un point commun ainsi que la présence de parties végétales. Le développement des affaires du côté de La Défense et le développement touristique à Barcelone caractérisent les dominantes d’ambiances et d’usages dans chaque cas.

Les enregistrements vidéographiques, photographiques e sonores ont été menés de manière générale soit en « suivant » des passants  afin d’emprunter les mêmes trajectoires, soit en « refaisant » ces trajectoires de manière à saisir les ambiances traversées.

Cette approche qui suit donc la logique des parcours peut être dite « syntagmatique » dans la mesure ou le mouvement, le sens et la direction du passant et de l’expérimentateur chercheur suit une trajectoire dynamique faite d’enchainements, de rythmes et de ruptures.

A cette approche dynamique vient se superposer une approche qu’on dira paradigmatique qui vise à saisir les unités de milieu ambiant caractérisant certaines parties de ces parcours. Ainsi on dira que certaines unités d’ambiance sont des paradigmes dans la mesure où elles font sens à part entière notamment donnent lieu à un séjour public, à une durée de perception et d’expérience permettant d’incorporer durablement une ambiance. Les limites entre ces ambiances « paradigmatiques » sont précisément l’enjeu que peuvent présenter l’organisation des seuils.

Un important corpus de video, sons et photographies permet de faire ressortir les enjeux relatifs à l’espace et aux usages concernant les limites, les seuils et les articulations entre les différentes polarités et temporalités des sites. Les rencontres, souvent fortuites, avec certains passants ou acteurs du site ont aussi donné accès à des observations de leur part. Mais d’une manière générale, la position de recherche  est d’adopter une posture de « découverte » qui est propre à celle que l’on ressent lorsqu’on est étranger à un site que l’on approche alors en novice et dont on cherche précisément à saisir les arcanes. Moins qu’expliquer et de juger les phénomènes mis à jour il s’agit d’en rendre compte pour interroger, sans préconceptions, les qualités sensibles de la ville contemporaine en train de se faire. Il s’agit donc de saisir les traits d’ambiance caractérisant les mobilités et les stases propres aux pratiques individuelles et collectives de l’espace public.

Seuils

Cet axe de recherche interroge la valeur et la pertinence de la notion de seuil pour saisir les qualités de mobilité urbaine dans l’espace et les ambiances contemporains.

Au regard des transformations urbaines récentes, on peut dire que la perte des « intervalles » selon Gilo Dorfles (2) est une des critiques majeures de l’époque contemporaine, « les limites s’estompent » selon Habermas (3) en matière d’espace urbain, la transparence crée des paradoxes sensibles selon Sennett et l’absence d’obstacle nuirait à l’espace public. Un des effets notoires de ce qu’on pourrait appeler la mondialisation urbanistique serait la fluidité généralisée et sécurisée (4) pour une rapidité accrue de la mobilité, la perte de certains rituels de passage marqués par l’espace, l’uniformisation des ambiances due à un formatage économique voire touristique (5), la création de « non lieux » d’après Augé (6), de ville sans lieu ni bornes selon M. Webber (7), de junkspaces et de bigness selon R. Koolhaas (8) ; ces constats interrogent le statut et la consistance des interfaces et des seuils qui articulent l’expérience mobile du piéton. Un régime de continuité généralisée, autant spatial qu’ambiantal, semble se profiler à l’horizon des villes tout en instaurant des ruptures majeures (piéton/voiture).

Compte tenu de ces rapides considérations nous avons voulu observer des fragments de la ville contemporaine afin de mieux cerner les enjeux et la consistance sensible de la notion de seuil.

La nature des seuils de la ville contemporaine aurait alors fortement changé du fait de l’émergence d’un espace d’apparence accessible où la fluidité est de mise, accompagnée par un travail parfois soigné des sols et des topographies continues. Toutefois aux seuils marqués par des espaces subtils de franchissement délimitant l’accessibilité à des propriétés privées ou publiques se substitueraient des portes fermées et des caméras de surveillance mais aussi des ruptures et des négations (9). Les « antichambres » (10) articulant les moments de la vie urbaine disparaitraient au profit d’interfaces sans épaisseur (la barrière) et de continuité temporelle, ou se déplacent vers d’autres enjeux. Bref, les seuils urbains que nous cherchons à identifier, expression qui transporte cette notion d’origine plutôt domestique vers le domaine de la ville, changent de nature et de sens et sont aussi à interroger sous l’angle des ambiances. Nous nous demandons comment les saisir et vérifier s’ils présentent une quelconque validité opératoire dans la vie urbaine de tous les jours, dans la conception et à quelles échelles il est judicieux de les appréhender.

La notion de seuil présente un intérêt particulier en ce qu’elle interpelle à la fois la mobilité (franchissement d’interfaces) et la stase (se tenir aux limites, entre deux milieux) et désigne en termes d’aménagement spatial à la fois le passage et la séparation, lieu de mise en relation entre deux entités. En termes d’ambiance, on est amené à interroger ce qu’il convient d’appeler les seuils de perception et d’action (lumineux, sonore, climatique, kinésique), à partir desquels des différenciations spatiales, temporelles et sociales s’établissent et opèrent dans des stratégies d’usage. La notion de seuil est donc abordée au double sens qu’elle porte : pièce intermédiaire située entre deux milieux au sens spatial et matériel et détection d’un changement quantitatif ou qualitatif dans la perception, seuil ambiant se déclinant dans le temps. L’expérience de la ville se profile à travers ces seuils d’ambiance qui mettent en jeu à la fois perception et action.

Des régimes sensibles de mobilité

On fait l’hypothèse que la relation ambiantale à la ville dans laquelle le citadin se meut, ou le style de relation au contexte urbain, s’exprime dans et par la mobilité déployée par les publics. Elle opère à travers ce qu’on appelle des régimes sensibles de mobilité apparents (visibles, audibles). Les seuils de différenciation des milieux activent pour partie ces régimes sensibles.

Nous entendons identifier les dispositifs formant seuils entre des pratiques de mobilité différenciées. Les seuils sont à ce titre des passeurs d’ambiance, voire des révélateurs dans la mesure où ils sédimentent des passages entre des unités d’ambiance particularisées par des modalités de mobilité spécifiques. Dans cette perspective, les seuils ouvrent la possibilité au passant de se tenir dans une ambiance ou dans une autre, voire de l’investir et de la marquer d’une pratique mobile sédimentée par des gestes, un rythme, une expression.

Une certaine homogénéisation des ambiances oblitère peut être les possibilités de choix et, de fait, démobilise la mobilité, la rend purement fonctionnelle, la situe en terme de déplacement, alors qu’elle est aussi expression et ressenti.

La notion de seuil nous permet d’interroger les espaces contemporains au regard de leurs potentialités d’articulation qui sont fortement sollicitées par la juxtaposition d’espaces très hétérogènes et contrastés. Alors que les espaces sont de plus en plus pensés et créés dans la perspective de la fluidité, en vue d’augmenter le degré apparent de mobilité, et en multipliant les « accessoires de la connexion », nous interrogeons les capacités de ralentissement, voire de pause, et plus globalement les variations et changements de régimes de mobilité qui caractérisent l’expérience urbaine de citadins aux intentions diverses.

 

 

 

Notes :

1 Olivier Mongin, La condition urbaine : « L’expérience urbaine se caractérise par sa capacité à produire des milieux sous tension des zones de friction. Cette expérience spécifique valorise les seuils et les espaces qui mettent en relation un intérieur et un extérieur. »

2 Dorfles, G. (1985). L’intervalle perdu. Paris, Lib. des Méridiens

3 Habermas, J. (1978). L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

4 Ce que le dispositif de la dalle piétonne de La Défense illustre littéralement.

5 Le cas de la promenade littorale de Barcelone le montre bien.

6 Augé, M. (1992). Non Lieux. Paris, Seuil.

7 Webber, M. (1996). L’urbain sans lieu ni bornes. Paris, Ed. de l’Aube (1ère ed. Philadelphie, 1964).

8 Koolhaas R. (2011). Junkspace – Repenser radicalement l’espace urbain. Payot, Paris.

9 Comme par exemple la construction de l’infrastructure au devant de l’ancienne porte du cimetière de Puteaux.

10 C’est ainsi que nous appelons la pièce ouverte qui sépare et relie l’entrée du cimetière de Poble Nou au contexte urbain environnant.