Archives de catégorie : 2 Génèse des sites

Génèse des sites en miroir

https://vimeo.com/85531384

https://vimeo.com/85531668

 

Présentation croisée des terrains

 

Concernant l’investigation des seuils en milieu urbain, le travail d’analyse se développe sur deux sites : dans le grand Paris (La Défense) et à Barcelone (Poble Nou). Ils ont pour particularité de juxtaposer des fonctions extrêmement différentes dans un entrelacs urbain.

Dans les deux cas, un cimetière (ou deux cimetières très proches) construit en dehors de la ville dans les XVIIIème ou XIXème siècle se retrouve aux entrailles de quartiers nouveaux ou en pleine mutation. Les cimetières de Neuilly et Puteaux construits fin du XIXème siècle sont ainsi aujourd’hui en plein quartier d’affaire, dominés par la dalle de la Défense et les hautes tours de bureaux.  Le cimetière dit “vieux” ou “de l’est” de Barcelone, construit en bord de mer fin du XVIII ème siècle se retrouve un siècle plus tard tout contre le quartier industriel de Poble nou (“nouveau village”), construit sous le modèle du plan de Cerdà pour loger les ouvriers de l’industrie textile. De plus, ce quartier s’est grandement transformé depuis les années 2000  puisque la ville de Barcelone, avec le projet 22@ le promeut comme le quartier de l’innovation urbaine, économique et sociale, un modèle de ville « compacte et dynamique ». La réhabilitation du quartier comprend aussi de nouveaux parcs (le jardin urbain de 5 hectares en bord de mer conçu par les ateliers de Jean Nouvel est inauguré en 2007) et le réaménagement d’espaces publics (la rambla de Poblenou).

Les cimetières ont des superficies assez similaires (70 000m2 pour 10 500 sépultures au cimetière de Neuilly, 53 632 m2  pour 30 768 sépultures au cimetière de Poblenou) et ne proposent tous qu’un seul accès. Par contre, leur morphologie propre et celle de leur environnement sont très différentes. À La Défense, les cimetières sont comme dans un creux, dominés par l’urbanisme de dalle et de tours, s’imposant donc visuellement. À Barcelone, le cimetière forme lui-même une bosse avec ses hauts murs et enfeus, seule la percée de l’entrée laissant entrevoir son intérieur.

L’étude de ces deux terrains nous amène à comparer deux manières différentes d’appréhender des surfaces intouchables de cimetières qui se retrouvent depuis plusieurs décennies au centre de quartiers en pleine mutation. Les positionnements politiques, culturels ou découlant de la morphologie même du cimetière seront étudiés en parallèle des pratiques et des ambiances qui font ces lieux.

Ces deux cas présentent une situation urbaine particulièrement intéressante du point de vue du côtoiement des lieux : le site parisien présente une traversée en surplomb visuel  des cimetières (la « jetée ») alors que le site barcelonais présente une situation de contournement par un haut mur fait obstacle. Dans les deux cas, la forte présence d’axes routiers majeurs est un point commun ainsi que la présence de parties végétalisées.

Les transformations de Poble Nou au moment des aménagements Olympiques

Les aménagements de Poble Nou  s’inscrivent dans un mouvement général de reconquête urbaine : « Partout en Espagne, les rues et les places, perçues durant le franquisme comme les endroits de la peur, deviennent la scène privilégiée de retrouvailles communautaires. Elles sont également les lieux où les villes peuvent réaffirmer leur identité en se démarquant de la politique centralisée précédente. Enfin, les élus comprennent vite que l’aménagement de tels espaces est électoralement payant. Dans un tel contexte, il s’agit bien évidemment d’espaces très formalisés, cherchant à s’opposer au caractère chaotique des sites qui les entourent et faisant appel à l’histoire et à la mémoire locale. On construit ainsi plaças majores et promenades avec l’illusion que le recours au passé devrait suffit pour conférer du sens à ces nouveaux espaces. Les villes vont profiter du moindre coin vide pour générer un nouvel espace dans les tissus urbains anciens et les espaces publics sont au cœur des nouveaux programmes. » (François Mancebo : Stratégies barcelonaises : reconfigurer la ville entre projets urbains partiels et urbanisme de grands événements : halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/…/Article_Mancebo_Quebec.doc‎)

A Barcelone, l’espace public devient ainsi « un élément essentiel dans la conception des projets urbains, avec notamment l’aménagement de 200 hectares de nouveaux parcs et jardins entre 1982 et 1992, ainsi que nombre de promenades, particulièrement près du vieux port. Dans un premier temps, les espaces publics sont petits, répartis sans structure d’ensemble préalable plutôt dans les aires centrales. Ce sont des espaces sont très travaillés, minéraux avec un recours à la création d’enceintes pour les qualifier. Ils se situent dans les vides disponibles, facilement aménageables pour répondre aux demandes immédiates des habitants et à des usages variés. L’idée est de privilégier une multitude de micro-actions concrètes qui sont supposées former à terme des noyaux de régénération. Puis, les emprises des projets deviennent plus importantes et se déplacent vers les périphéries. »  (François Mancebo : Stratégies barcelonaises : reconfigurer la ville entre projets urbains partiels et urbanisme de grands événements : halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/…/Article_Mancebo_Quebec.doc‎).

 

La reconquête du littoral au moment des jeux olympiques (1992) à Barcelone est l’occasion d’absorber les infrastructures  et de redessiner la côte jusqu’alors occupée par les industries. La côte littorale avant aménagement :

littoralPNouavtamngt copie

Sur le plan dessiné ci dessous (non réalisé) , si on le compare à la photo de maquette plus bas (aménagement réalisé) on voit que tout un front bâti s’alignait à la place des espaces de sport actuels, et qu’il était prévu aussi sur la partie arrière du cimetière, de remplacer les bâtiments existants par un jardin.

planColoréAmngtInitialPNou copie

 

L’avenue Icaria se place dans l’axe du cimetière de Poble Nou.

Sans titre-1

 

 

Evolutions du site autour du cimetière de Nanterre La Défense

 

Les études que nous avons faites in situ ont déjà un statut d’archives.
Le site va évoluer radicalement courant 2014. Le cimetière sera de plus en plus « enfoncé » dans le site bâti avec la construction du stade « Arena 92 », enmarchements au noveau du sol rejoignat le jardin sous la jetée, suppression de l’escalier métallique provisoire, la jetée aura un escalier définitif à son extrémité, elle sera flanquée de bâtiments et sera condamnée le temps du chantier.
à suivre

Le mille-feuille de La Défense

https://vimeo.com/86398302 Le sol de La Défense se décompose en plusieurs couches superposées dédiées à des usages spécifiques qui sont parfois détournés. La nappe de la dalle, située à 12 mètres au dessus du sol naturel, se prolonge à l’arrière de l’Arche par la « Jetée » qui court au-dessus d’un jardin tout en longueur. Le cimetière se trouve en contrebas, trace du niveau originel. L’articulation entre ces différentes couches horizontales se fait principalement par des escaliers et escalators.

Vidéo : O. Germon