Rythmes, rituels et seuils temporels

Entre 8h45 et 9h45, le flux entre la sortie de RER et l’entrée des bureaux de la Société Générale est permanent et dense; dans ce laps de temps, les 7000 personnes qui travaillent dans les tours rejoignent leur bureau. On avance silencieusement dans la même direction et sur un rythme proche, marquant ainsi temporellement l’ambiance de la dalle. Pas cadencés, valises à roulettes sur les pavés de granit, martèlements réverbérés sur les façades de verre, visages pressés aux traces de sommeil, corps dans un déplacement machinal, peu alerte et presque solennel. Ce rituel de mise en marche des tours de bureaux marque un seuil, un changement de paradigme, après lequel l’ambiance sera désormais au sérieux des affaires, quelques salariés allant pressés d’une tour à l’autre, pour une réunion ou un rendez-vous.

Mise en marche

RER_SG_tracesSol  vue d’oiseau, on remarque les traces sur sol aux passages les plus empruntés

FluxRerSG

Aux alentours de midi, les salariés ressortent des tours en petits groupes, plus bavards qu’au petit matin. Le temps du déjeuner marque un nouveau seuil, un temps suspendu entre le travail du matin et celui de l’après-midi, où les travailleurs en col blanc se dispersent dans les divers lieux de restauration, sur les marches ou sur quelques assises hasardeuses, guettant les trouées dans l’ombre des tours. Les bancs le long de la jetée sont également très appréciés le temps de la pause déjeuner, on y apprécie la distanciation qu’elle permet par rapport à la dalle, suspendue au dessus de la canopée des charmes du cimetière; les chants d’oiseaux et les vibrations de la passerelle offrent un autre univers sonore et le jardin de l’Arche en contrebas représente une zone de retrait où certains y déssereront la cravate le temps d’une partie de pétanque. (voir art. sur la Jetée http://lambiophil.hypotheses.org/18)

Déjeuner semaine

 

Jeux de seuils

Les joueurs de boules regardés par des passants sur la jetée
Les joueurs de boules regardés par des passants sur la jetée

Différentes situations entre le dessus et le dessous de la jetée. Le dessous de la jetée est utilisé entre midi et deux par les « joueurs » (terrain de boules, jeu de bois).

A l’homogénéité apparente de l’expérience spatiale se superposent les marqueurs sonores des lieux qui en structurent l’expérience dynamique : sons des pas sur le sol en bois de la jetée, l’escalier métallique tonitruant lorsqu’il est emprunté par les passants, les voix des joueurs en contrebas et les chocs entre les pièces du jeu,…Puis en se déplaçant un peu plus vers le cimetière, un calme prend place et offre un retrait auditif par rapport à tout le milieu alentour.

L’arche comme seuil auditif

L’arche, pensée à l’image d’une porte ouverte, fonctionne comme telle lorsqu’on la traverse.  Mais à la façon d’un «col», le piéton s’élève, passe un sommet et redescend de l’autre côté.  L’articulation kinésique et altimétrique est aussi sensible par le son :  au fur et à mesure que le passant monte, la réverbération du toit de l’arche se fait sentir, puis les flux routiers en contrebas envahissent peu à peu l’expérience auditive isolant le marcheur dans le milieu routier.

En sens inverse, venant de la jetée et des cimetières, le piéton franchit le bruit routier,pénètre petit à petit la sphère vocale qui se déploie côté esplanade lorsqu’il vient du monde opposé.

Ecoute de ce trajet  :  En venant du côté du cimetière : on entend d’abord les pas sur le revêtement de bois, puis avec le changement de sol (passage à des dalles sur plots), ils disparaissent, le fond sonore est constitué d’oiseaux lointains, d’une « brume sonore » indifférenciée composée du fond urbain, d’un avion et de quelques cris réverbérés lointains, au fur et à mesure que l’on monte les escaliers de l’arche côté ouest, le son routier semble monter aussi, des chocs entre câbles des ascenseurs produisent des sons étranges lorsqu’on parvient au « sommet », puis petit à petit émergent des voix et la composition se modifie graduellement, l’articulation se fait en douceur, d’abord réverbérées les voix forment petit à petit  une enveloppe de plus en plus imergente, le fond initial est absorbé dans cette enveloppe vocale de proximité, le lointain disparaît. LaDéfensePassageTraversArcheSeuilOuestEst130421(14h)-0056 Racccourci

Coupe Arche de la Défense coupe sur le côté Est, l’esplanade de la Défense et ses dessous