Revenir du cimetière – La Défense

Les énigmes d’accessibilité entre cimetière et ville

Trajet du retour d’un homme suivi depuis le cimetière.

Le piéton qui revient du cimetière de Neuilly marche d’abord le long d’une glissière où le corps file entre une voie rapide et une bande végétale peu entretenue qui s’adosse au mur de soutènement du cimetière. Il monte, monte, fait une pause. Banc posé là comme par hasard, dos au trafic et en léger surplomb du cimetière.

Il reprend sa route : il faut traverser le jardin, grimper sur la jetée par la cage d’escalier hélicoïdal mi-ouverte mi-fermée.

Une fois la « dalle » atteinte, le marcheur passe l’angle de l’Arche, prend le couloir aux reflets, puis va s’enfoncer dans les méandres du centre commercial qui mènent aussi aux galeries souterraines du métro, du RER, du tram. C’est là que nous le perdons de vue.

Photos : O. Germon

Le mille-feuille de La Défense

https://vimeo.com/86398302 Le sol de La Défense se décompose en plusieurs couches superposées dédiées à des usages spécifiques qui sont parfois détournés. La nappe de la dalle, située à 12 mètres au dessus du sol naturel, se prolonge à l’arrière de l’Arche par la « Jetée » qui court au-dessus d’un jardin tout en longueur. Le cimetière se trouve en contrebas, trace du niveau originel. L’articulation entre ces différentes couches horizontales se fait principalement par des escaliers et escalators.

Vidéo : O. Germon

Poble Nou : articulations dans la douceur des pentes

Les pentes qui aboutissent au sommet organisent des seuils de perception. En même temps que l’horizon apparaît progressivement à l’oeil du marcheur, l’environnement sonore devient d’un coup plus perméable en s’ouvrant au trafic routier le long du littoral, l’échelle de la perception, de l’environnement comme d’autrui, change, faisant passer rapidement d’une ambiance à une autre.

Ecoute du fragment sonore :

Vue de la montée vers l’horizon littoral :

DSCN2128

Descente vers la ville

DSCN2118

 

 

 

Au seuil de la nuit : la perception transformée

Peu avant que la nuit gagne et que l’éclairage artificiel prenne le relai, l’expression « entre chien et loup » explicite bien ce seuil de passage si subtil entre la vision du mode diurne au mode nocturne. La luminosité et les couleurs se transforment, le paysage urbain se révèle sous un nouvel aspect, les passants deviennent des silhouettes avec le crayons rasants de la lumière, moment de suspension, voire de contemplation possible, ici mis en jeu par le point de vue dominant sur le cimetière qui devient une masse sombre.

IMG_2334

 

 

Pratiques photographiques dans les étranges reflets du soir qui enveloppent le lieu mais ne durent qu’un instant

IMG_2333