Génèse des sites en miroir

https://vimeo.com/85531384

https://vimeo.com/85531668

 

Présentation croisée des terrains

 

Concernant l’investigation des seuils en milieu urbain, le travail d’analyse se développe sur deux sites : dans le grand Paris (La Défense) et à Barcelone (Poble Nou). Ils ont pour particularité de juxtaposer des fonctions extrêmement différentes dans un entrelacs urbain.

Dans les deux cas, un cimetière (ou deux cimetières très proches) construit en dehors de la ville dans les XVIIIème ou XIXème siècle se retrouve aux entrailles de quartiers nouveaux ou en pleine mutation. Les cimetières de Neuilly et Puteaux construits fin du XIXème siècle sont ainsi aujourd’hui en plein quartier d’affaire, dominés par la dalle de la Défense et les hautes tours de bureaux.  Le cimetière dit “vieux” ou “de l’est” de Barcelone, construit en bord de mer fin du XVIII ème siècle se retrouve un siècle plus tard tout contre le quartier industriel de Poble nou (“nouveau village”), construit sous le modèle du plan de Cerdà pour loger les ouvriers de l’industrie textile. De plus, ce quartier s’est grandement transformé depuis les années 2000  puisque la ville de Barcelone, avec le projet 22@ le promeut comme le quartier de l’innovation urbaine, économique et sociale, un modèle de ville « compacte et dynamique ». La réhabilitation du quartier comprend aussi de nouveaux parcs (le jardin urbain de 5 hectares en bord de mer conçu par les ateliers de Jean Nouvel est inauguré en 2007) et le réaménagement d’espaces publics (la rambla de Poblenou).

Les cimetières ont des superficies assez similaires (70 000m2 pour 10 500 sépultures au cimetière de Neuilly, 53 632 m2  pour 30 768 sépultures au cimetière de Poblenou) et ne proposent tous qu’un seul accès. Par contre, leur morphologie propre et celle de leur environnement sont très différentes. À La Défense, les cimetières sont comme dans un creux, dominés par l’urbanisme de dalle et de tours, s’imposant donc visuellement. À Barcelone, le cimetière forme lui-même une bosse avec ses hauts murs et enfeus, seule la percée de l’entrée laissant entrevoir son intérieur.

L’étude de ces deux terrains nous amène à comparer deux manières différentes d’appréhender des surfaces intouchables de cimetières qui se retrouvent depuis plusieurs décennies au centre de quartiers en pleine mutation. Les positionnements politiques, culturels ou découlant de la morphologie même du cimetière seront étudiés en parallèle des pratiques et des ambiances qui font ces lieux.

Ces deux cas présentent une situation urbaine particulièrement intéressante du point de vue du côtoiement des lieux : le site parisien présente une traversée en surplomb visuel  des cimetières (la « jetée ») alors que le site barcelonais présente une situation de contournement par un haut mur fait obstacle. Dans les deux cas, la forte présence d’axes routiers majeurs est un point commun ainsi que la présence de parties végétalisées.

Seuils

Cet axe de recherche interroge la valeur et la pertinence de la notion de seuil pour saisir les qualités de mobilité urbaine dans l’espace et les ambiances contemporains.

Au regard des transformations urbaines récentes, on peut dire que la perte des « intervalles » selon Gilo Dorfles (2) est une des critiques majeures de l’époque contemporaine, « les limites s’estompent » selon Habermas (3) en matière d’espace urbain, la transparence crée des paradoxes sensibles selon Sennett et l’absence d’obstacle nuirait à l’espace public. Un des effets notoires de ce qu’on pourrait appeler la mondialisation urbanistique serait la fluidité généralisée et sécurisée (4) pour une rapidité accrue de la mobilité, la perte de certains rituels de passage marqués par l’espace, l’uniformisation des ambiances due à un formatage économique voire touristique (5), la création de « non lieux » d’après Augé (6), de ville sans lieu ni bornes selon M. Webber (7), de junkspaces et de bigness selon R. Koolhaas (8) ; ces constats interrogent le statut et la consistance des interfaces et des seuils qui articulent l’expérience mobile du piéton. Un régime de continuité généralisée, autant spatial qu’ambiantal, semble se profiler à l’horizon des villes tout en instaurant des ruptures majeures (piéton/voiture).

Compte tenu de ces rapides considérations nous avons voulu observer des fragments de la ville contemporaine afin de mieux cerner les enjeux et la consistance sensible de la notion de seuil.

La nature des seuils de la ville contemporaine aurait alors fortement changé du fait de l’émergence d’un espace d’apparence accessible où la fluidité est de mise, accompagnée par un travail parfois soigné des sols et des topographies continues. Toutefois aux seuils marqués par des espaces subtils de franchissement délimitant l’accessibilité à des propriétés privées ou publiques se substitueraient des portes fermées et des caméras de surveillance mais aussi des ruptures et des négations (9). Les « antichambres » (10) articulant les moments de la vie urbaine disparaitraient au profit d’interfaces sans épaisseur (la barrière) et de continuité temporelle, ou se déplacent vers d’autres enjeux. Bref, les seuils urbains que nous cherchons à identifier, expression qui transporte cette notion d’origine plutôt domestique vers le domaine de la ville, changent de nature et de sens et sont aussi à interroger sous l’angle des ambiances. Nous nous demandons comment les saisir et vérifier s’ils présentent une quelconque validité opératoire dans la vie urbaine de tous les jours, dans la conception et à quelles échelles il est judicieux de les appréhender.

La notion de seuil présente un intérêt particulier en ce qu’elle interpelle à la fois la mobilité (franchissement d’interfaces) et la stase (se tenir aux limites, entre deux milieux) et désigne en termes d’aménagement spatial à la fois le passage et la séparation, lieu de mise en relation entre deux entités. En termes d’ambiance, on est amené à interroger ce qu’il convient d’appeler les seuils de perception et d’action (lumineux, sonore, climatique, kinésique), à partir desquels des différenciations spatiales, temporelles et sociales s’établissent et opèrent dans des stratégies d’usage. La notion de seuil est donc abordée au double sens qu’elle porte : pièce intermédiaire située entre deux milieux au sens spatial et matériel et détection d’un changement quantitatif ou qualitatif dans la perception, seuil ambiant se déclinant dans le temps. L’expérience de la ville se profile à travers ces seuils d’ambiance qui mettent en jeu à la fois perception et action.

Des régimes sensibles de mobilité

On fait l’hypothèse que la relation ambiantale à la ville dans laquelle le citadin se meut, ou le style de relation au contexte urbain, s’exprime dans et par la mobilité déployée par les publics. Elle opère à travers ce qu’on appelle des régimes sensibles de mobilité apparents (visibles, audibles). Les seuils de différenciation des milieux activent pour partie ces régimes sensibles.

Nous entendons identifier les dispositifs formant seuils entre des pratiques de mobilité différenciées. Les seuils sont à ce titre des passeurs d’ambiance, voire des révélateurs dans la mesure où ils sédimentent des passages entre des unités d’ambiance particularisées par des modalités de mobilité spécifiques. Dans cette perspective, les seuils ouvrent la possibilité au passant de se tenir dans une ambiance ou dans une autre, voire de l’investir et de la marquer d’une pratique mobile sédimentée par des gestes, un rythme, une expression.

Une certaine homogénéisation des ambiances oblitère peut être les possibilités de choix et, de fait, démobilise la mobilité, la rend purement fonctionnelle, la situe en terme de déplacement, alors qu’elle est aussi expression et ressenti.

La notion de seuil nous permet d’interroger les espaces contemporains au regard de leurs potentialités d’articulation qui sont fortement sollicitées par la juxtaposition d’espaces très hétérogènes et contrastés. Alors que les espaces sont de plus en plus pensés et créés dans la perspective de la fluidité, en vue d’augmenter le degré apparent de mobilité, et en multipliant les « accessoires de la connexion », nous interrogeons les capacités de ralentissement, voire de pause, et plus globalement les variations et changements de régimes de mobilité qui caractérisent l’expérience urbaine de citadins aux intentions diverses.

 

 

 

Notes :

1 Olivier Mongin, La condition urbaine : « L’expérience urbaine se caractérise par sa capacité à produire des milieux sous tension des zones de friction. Cette expérience spécifique valorise les seuils et les espaces qui mettent en relation un intérieur et un extérieur. »

2 Dorfles, G. (1985). L’intervalle perdu. Paris, Lib. des Méridiens

3 Habermas, J. (1978). L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

4 Ce que le dispositif de la dalle piétonne de La Défense illustre littéralement.

5 Le cas de la promenade littorale de Barcelone le montre bien.

6 Augé, M. (1992). Non Lieux. Paris, Seuil.

7 Webber, M. (1996). L’urbain sans lieu ni bornes. Paris, Ed. de l’Aube (1ère ed. Philadelphie, 1964).

8 Koolhaas R. (2011). Junkspace – Repenser radicalement l’espace urbain. Payot, Paris.

9 Comme par exemple la construction de l’infrastructure au devant de l’ancienne porte du cimetière de Puteaux.

10 C’est ainsi que nous appelons la pièce ouverte qui sépare et relie l’entrée du cimetière de Poble Nou au contexte urbain environnant.

 

 

Les transformations de Poble Nou au moment des aménagements Olympiques

Les aménagements de Poble Nou  s’inscrivent dans un mouvement général de reconquête urbaine : « Partout en Espagne, les rues et les places, perçues durant le franquisme comme les endroits de la peur, deviennent la scène privilégiée de retrouvailles communautaires. Elles sont également les lieux où les villes peuvent réaffirmer leur identité en se démarquant de la politique centralisée précédente. Enfin, les élus comprennent vite que l’aménagement de tels espaces est électoralement payant. Dans un tel contexte, il s’agit bien évidemment d’espaces très formalisés, cherchant à s’opposer au caractère chaotique des sites qui les entourent et faisant appel à l’histoire et à la mémoire locale. On construit ainsi plaças majores et promenades avec l’illusion que le recours au passé devrait suffit pour conférer du sens à ces nouveaux espaces. Les villes vont profiter du moindre coin vide pour générer un nouvel espace dans les tissus urbains anciens et les espaces publics sont au cœur des nouveaux programmes. » (François Mancebo : Stratégies barcelonaises : reconfigurer la ville entre projets urbains partiels et urbanisme de grands événements : halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/…/Article_Mancebo_Quebec.doc‎)

A Barcelone, l’espace public devient ainsi « un élément essentiel dans la conception des projets urbains, avec notamment l’aménagement de 200 hectares de nouveaux parcs et jardins entre 1982 et 1992, ainsi que nombre de promenades, particulièrement près du vieux port. Dans un premier temps, les espaces publics sont petits, répartis sans structure d’ensemble préalable plutôt dans les aires centrales. Ce sont des espaces sont très travaillés, minéraux avec un recours à la création d’enceintes pour les qualifier. Ils se situent dans les vides disponibles, facilement aménageables pour répondre aux demandes immédiates des habitants et à des usages variés. L’idée est de privilégier une multitude de micro-actions concrètes qui sont supposées former à terme des noyaux de régénération. Puis, les emprises des projets deviennent plus importantes et se déplacent vers les périphéries. »  (François Mancebo : Stratégies barcelonaises : reconfigurer la ville entre projets urbains partiels et urbanisme de grands événements : halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/…/Article_Mancebo_Quebec.doc‎).

 

La reconquête du littoral au moment des jeux olympiques (1992) à Barcelone est l’occasion d’absorber les infrastructures  et de redessiner la côte jusqu’alors occupée par les industries. La côte littorale avant aménagement :

littoralPNouavtamngt copie

Sur le plan dessiné ci dessous (non réalisé) , si on le compare à la photo de maquette plus bas (aménagement réalisé) on voit que tout un front bâti s’alignait à la place des espaces de sport actuels, et qu’il était prévu aussi sur la partie arrière du cimetière, de remplacer les bâtiments existants par un jardin.

planColoréAmngtInitialPNou copie

 

L’avenue Icaria se place dans l’axe du cimetière de Poble Nou.

Sans titre-1

 

 

Evolutions du site autour du cimetière de Nanterre La Défense

 

Les études que nous avons faites in situ ont déjà un statut d’archives.
Le site va évoluer radicalement courant 2014. Le cimetière sera de plus en plus « enfoncé » dans le site bâti avec la construction du stade « Arena 92 », enmarchements au noveau du sol rejoignat le jardin sous la jetée, suppression de l’escalier métallique provisoire, la jetée aura un escalier définitif à son extrémité, elle sera flanquée de bâtiments et sera condamnée le temps du chantier.
à suivre

L’observation récurrente d’une marche

Sur le site de Poble Nou, nous avons constaté qu’il existe peu de marches à franchir. Il se trouve que l’une d’entre elles fait véritablement seuil, cadrée par le portail latéral idéalement placé pour passer de la rue à ce que nous avons nommé l' »antichambre » du cimetière. Nous avons choisi de nous poster là à divers moments pour observer la descente ou la montée de ce relief, seul ou à plusieurs, en s’aidant de la grille pour prendre appui ou non.

Nous avons pu compter par exemple 9 passages par ce portail latéral en seulement 2 minutes trente un dimanche matin. Dans la semaine, il est utilisé notamment aux horaires d’entrée ou de sortie d’école (située à l’autre coin avant du cimetière) car les enfants du quartier qui s’y rendent prennent ce raccourci plus ombragé et éloigné des voitures. Se côtoient ainsi usagers du cimetière, habitants du quartier et touristes dans cet « antichambre » poreuse, mais protégée de murs bas et lourde grille, accueillant le visiteur avec des bancs, des palmiers et les perruches qui y ont trouvé refuge.

La hauteur de cette marche fait que l’on doit s’y préparer, on observe de façon récurrente un mouvement de tête vers le bas à l’approche du portail, parfois un changement de rythme dans les pas. A la descente, se perçoit un « laisser-aller » du corps qui vient rebondir au sol, le poids descendant dans le pied d’appui, provoquant une légère accélération du pas juste après le franchissement de la marche, ou au contraire une retenue du corps, qui s’agrippe pour ne pas tomber. A la montée, le regard se focalise sur l’obstacle pour se rediriger vers l’horizontale dès que le pied s’est bien ancré sur la marche pour que le corps se hisse.

Ces très légères ruptures dans le mouvement cyclique de la marche sont susceptibles de modifier pour un instant l’état de corps, entre une petite rue  assez passante (des camions ou camionnettes la prennent très régulièrement), et un espace où le relâchement d’attention est possible.

Vidéos : G. Chelkoff, O. Germon, P. Thiollière, montage : O.G.