Méthodes mises en oeuvre : parcours, syntagmes et paradigmes

Le choix des sites étudiés a été fait au regard des paradoxes d’ambiances qu’ils sont susceptibles de porter du fait de la juxtaposition de fonctions et d’espaces très différents et des nécessaires articulations ou inarticulations entre eux.

Les deux cas, autour des cimetières et espaces public de La Défense et Poble Nou (Barcelone) présentent une situation urbaine particulièrement intéressante du point de vue du côtoiement des lieux : le site parisien présente une traversée en surplomb visuel  des cimetières (la « jetée ») alors que le site barcelonais présente une situation de contournement d’un haut mur fait obstacle. Dans les deux cas, la forte présence d’axes routiers majeurs est un point commun ainsi que la présence de parties végétales. Le développement des affaires du côté de La Défense et le développement touristique à Barcelone caractérisent les dominantes d’ambiances et d’usages dans chaque cas.

Les enregistrements vidéographiques, photographiques e sonores ont été menés de manière générale soit en « suivant » des passants  afin d’emprunter les mêmes trajectoires, soit en « refaisant » ces trajectoires de manière à saisir les ambiances traversées.

Cette approche qui suit donc la logique des parcours peut être dite « syntagmatique » dans la mesure ou le mouvement, le sens et la direction du passant et de l’expérimentateur chercheur suit une trajectoire dynamique faite d’enchainements, de rythmes et de ruptures.

A cette approche dynamique vient se superposer une approche qu’on dira paradigmatique qui vise à saisir les unités de milieu ambiant caractérisant certaines parties de ces parcours. Ainsi on dira que certaines unités d’ambiance sont des paradigmes dans la mesure où elles font sens à part entière notamment donnent lieu à un séjour public, à une durée de perception et d’expérience permettant d’incorporer durablement une ambiance. Les limites entre ces ambiances « paradigmatiques » sont précisément l’enjeu que peuvent présenter l’organisation des seuils.

Un important corpus de video, sons et photographies permet de faire ressortir les enjeux relatifs à l’espace et aux usages concernant les limites, les seuils et les articulations entre les différentes polarités et temporalités des sites. Les rencontres, souvent fortuites, avec certains passants ou acteurs du site ont aussi donné accès à des observations de leur part. Mais d’une manière générale, la position de recherche  est d’adopter une posture de « découverte » qui est propre à celle que l’on ressent lorsqu’on est étranger à un site que l’on approche alors en novice et dont on cherche précisément à saisir les arcanes. Moins qu’expliquer et de juger les phénomènes mis à jour il s’agit d’en rendre compte pour interroger, sans préconceptions, les qualités sensibles de la ville contemporaine en train de se faire. Il s’agit donc de saisir les traits d’ambiance caractérisant les mobilités et les stases propres aux pratiques individuelles et collectives de l’espace public.

Douceur des pentes à Poble Nou

De part et d’autre (à l’avant et à l’arrière) du cimetière de Poble Nou, des pentes douces viennent enjamber un axe routier, semi-enterré sous un parc qui jouxte le littoral. Entre le socle bas sur lequel est posé le cimetière monumental, et le parc, il y a 6 mètres de dénivelé. Les pentes qui articulent ces niveaux permettent une mobilité tout « en glisse ».

Photos : G. Chelkoff, O. Germon, vidéo O.G.