Pause dans la marche

Faire une pause dans une marche relativement pressée en déviant son chemin pour quelques instants (la Jetée à La Défense, en surplomb de l’arrière du cimetière de Neuilly), ou faire une pause dans une marche tranquille en tournant son corps et son regard (Parc de Poblenou, en surplomb d’un terrain de jeux)

Vidéos : G. Chelkoff, O. Germon

Pièce ouverte au jeu

Le trottoir jouxtant l’église oecuménique de Saint Abraham à Poblenou (en face du cimetière), en constitue en quelque sorte le prolongement naturel ou le parvis, et sert provisoirement de terrain de jeux aux enfants qui fréquentent les cours de catéchisme. Il fonctionne alors comme une pièce ouverte adossée aux murs tout en courbes de l’église, où un évènement se produit, emplissant ponctuellement l’espace physique et sonore.

Vidéo : Gregoire Chelkoff

Ligne de fuite à l’ombre du mur

L’ensoleillement de la rue du Taulat, qui longe le mur latéral du cimetière de Poblenou côté ville, détermine une ligne d’ombre franche, vers le mur le matin, vers les fabriques l’après-midi. Cette forte latéralisation de l’ambiance thermique et lumineuse par temps chaud et beau, semble avoir un impact sur la décision de marcher ou non du côté de ce mur pourtant haut, uniforme et dont la longueur paraît sans fin. Le piéton choisit alors de marcher assez près du mur ou s’en éloigne légèrement, contournant les réverbères, dévie légèrement sa trajectoire ou change sa canne de main pour un instant au croisement d’un autre piéton ou pour éviter la caméra.

Du côté des fabriques, le trottoir est large, animé de présence végétale (alignement d’arbres de moyenne hauteur), des échappées visuelles et sonores transversales sont possibles lorsque les portes des artisans sont ouvertes (son des machines, voix, radio). Du côté du cimetière, l’autre face de la rue  présente un mur quasi-monochrome, sans animation, haut et long de 270 mètres, bordé d’un trottoir relativement étroit, planté de hauts réverbères, au sol de dalles de ciment gris (imitant de petits pavés), le regard du marcheur fuit en avant, vers le bout du mur, son attention n’est détournée que par le passage d’une voiture ou d’une camionnette, ou par le croisement d’un autre piéton.

Vidéo : O. Germon

Au seuil de l’usage

Les lieux, de par leur agencement, leur forme, leurs matériaux, les détails de leur mobilier, constituent pour certains publics (des enfants, des randonneurs, des skateurs, des amateurs de sport extrême) des déclencheurs d’actions « hors-normes », qui dépassent les seuils d’usages standards, allant parfois jusqu’à une véritable prise de risque.

Ces pratiques décalées révèlent à la fois l’ambivalence du statut de ces espaces et le glissement progressif de sens entre :

« espaces publics » pouvant contenir des conduites anonymes mais où l’usage commun fait la règle

– et « espaces des publics » où certaines pratiques jadis confinées dans l’enceinte du privé s’extériorisent jusqu’à une mise en scène de soi qui révèle la potentielle dimension spectaculaire des lieux – ou bien celle-ci y était-elle déjà inscrite ?

Poblenou – Petits détournements d’usage

Du mobilier urbain détourné naturellement par les enfants qui transforment une table de ping-pong en abri et un local à poubelles en tambours du Bronx. Les skateurs du coin ont trouvé une utilisation possible de la piscine à sec qui jouxtait ce terrain de jeux et font d’un plongeoir une rampe pour mieux se filmer. La bordure ronde, en forme de boudin, devient un banc d’assise pour les petits qui viennent y manger leur goûter à la sortie de l’école située juste en face, ou bien une poutre pour les amateurs funambules de tous âges.

Vidéo : O. Germon

La Défense – Pratiques décalées et détournements d’objets urbains

La dalle de la Défense arpentée par les randonneurs devient un paysage complexe dans lequel les franchissements sont multiples. Les jeunes acrobates prennent pour terrain de jeu privilégié le site de La Défense et sa Jetée, dont les garde-corps suspendus à 6 à 12 mètres de haut deviennent des poutres aériennes, les bornes demi-sphériques des appuis de salto avant et les sculptures des mâts chinois pour filmer leurs exploits. La rupture routière offre une expérience inédite des talus bétonnés et les façades miroirs des bureaux, quant à elles, sont parfaites pour répéter une danse ou faire de la gymnastique en groupe (pratique qui prend place à divers endroits de la Dalle).

Vidéos : O. Germon, P. Thiollière

Défilé – entre la Rambla de Poblenou et la plage

La Rambla del Poblenou, autrefois portion large et longue de rue s’arrêtant sur un mur, se prolonge aujourd’hui par une allée piétonne directement vers le parapet en surplomb de la plage, traversant le Parc du littoral qui la jouxte.
D’une étendue couverte et ombragée (couverture végétale des arbres du parc), l’allée droite et lisse (avec une très légère déclivité qui monte vers la mer) devient une zone à découvert, où le lointain est visible et audible. Le promeneur semble alors offrir le spectacle de sa déambulation, de loin en loin les silhouettes en mouvement forment une ligne épaisse ou parsemée.

Dans l’extrait choisi, une musique provenant de la Rambla (concerts organisés pour la fête du quartier) vient appuyer cette impression.

Vidéo : O. Germon

La glisse en pente douce – Poblenou

Se poster à un carrefour pendant une heure et observer comment les mouvements de glisse dessinent des sinusoïdes, lignes droites, petites chorégraphies urbaines en pente douce. La largeur du trottoir, le sol lisse, l’effacement des niveaux par une déclivité sans emmarchement et la proximité de la plage favorisent une mobilité « sur roues » que l’on pourrait qualifier de décontractée et sportive, collant parfaitement à l’image de ville « balnéarisée ». Prises vidéo effectuées le 5 juin 2012 entre midi et treize heures près de l’école située à l’angle sud du cimetière de Poblenou.

Vidéo : O. Germon

Oscillation des corps et frottement des pieds – La Défense

A l’approche des escalators, les corps se resserrent, ralentissent, un mouvement d’oscillation (appui alterné d’un pied sur l’autre) général se produit. Seules les nuques restent dans le champ de vision, les pieds se dérobent à la vue et se mettent à raser le sol pour ne pas heurter le talon des voisins. Les corps massés créent ainsi un mouvement d’ensemble rythmé de chuintements, moment de suspension du flux continu entre la sous-face et la surface, manifestation discrète du passage d’un milieu à un autre.
Capture vidéo effectuée un lundi matin à l’heure de pointe à La Défense, sortie des couloirs de métro et RER pour aller en surface de la dalle.

Vidéo : O. Germon

Masse en mouvement – La Défense

« Mouvement de masse » ou « Masse en mouvement » à La Défense. 1/ Le chercheur en observateur extérieur (caméra fixe perpendiculaire au flux) 2/ puis engagé dans le flux, tentant de suivre un travailleur. Ce martèlement incessant des pas des travailleurs caractérise l’ambiance du plateau de La Défense aux heures de pointe, le matin en semaine.

Vidéo : O. Germon

Méthodes mises en oeuvre : parcours, syntagmes et paradigmes

Le choix des sites étudiés a été fait au regard des paradoxes d’ambiances qu’ils sont susceptibles de porter du fait de la juxtaposition de fonctions et d’espaces très différents et des nécessaires articulations ou inarticulations entre eux.

Les deux cas, autour des cimetières et espaces public de La Défense et Poble Nou (Barcelone) présentent une situation urbaine particulièrement intéressante du point de vue du côtoiement des lieux : le site parisien présente une traversée en surplomb visuel  des cimetières (la « jetée ») alors que le site barcelonais présente une situation de contournement d’un haut mur fait obstacle. Dans les deux cas, la forte présence d’axes routiers majeurs est un point commun ainsi que la présence de parties végétales. Le développement des affaires du côté de La Défense et le développement touristique à Barcelone caractérisent les dominantes d’ambiances et d’usages dans chaque cas.

Les enregistrements vidéographiques, photographiques e sonores ont été menés de manière générale soit en « suivant » des passants  afin d’emprunter les mêmes trajectoires, soit en « refaisant » ces trajectoires de manière à saisir les ambiances traversées.

Cette approche qui suit donc la logique des parcours peut être dite « syntagmatique » dans la mesure ou le mouvement, le sens et la direction du passant et de l’expérimentateur chercheur suit une trajectoire dynamique faite d’enchainements, de rythmes et de ruptures.

A cette approche dynamique vient se superposer une approche qu’on dira paradigmatique qui vise à saisir les unités de milieu ambiant caractérisant certaines parties de ces parcours. Ainsi on dira que certaines unités d’ambiance sont des paradigmes dans la mesure où elles font sens à part entière notamment donnent lieu à un séjour public, à une durée de perception et d’expérience permettant d’incorporer durablement une ambiance. Les limites entre ces ambiances « paradigmatiques » sont précisément l’enjeu que peuvent présenter l’organisation des seuils.

Un important corpus de video, sons et photographies permet de faire ressortir les enjeux relatifs à l’espace et aux usages concernant les limites, les seuils et les articulations entre les différentes polarités et temporalités des sites. Les rencontres, souvent fortuites, avec certains passants ou acteurs du site ont aussi donné accès à des observations de leur part. Mais d’une manière générale, la position de recherche  est d’adopter une posture de « découverte » qui est propre à celle que l’on ressent lorsqu’on est étranger à un site que l’on approche alors en novice et dont on cherche précisément à saisir les arcanes. Moins qu’expliquer et de juger les phénomènes mis à jour il s’agit d’en rendre compte pour interroger, sans préconceptions, les qualités sensibles de la ville contemporaine en train de se faire. Il s’agit donc de saisir les traits d’ambiance caractérisant les mobilités et les stases propres aux pratiques individuelles et collectives de l’espace public.

ARCHITECTURE, SEUILS ET REGIMES SENSIBLES DE MOBILITÉ