Tous les articles par Grégoire Chelkoff

Architecte DPLG, Docteur en Urbanisme et Aménagement Professeur (HDR) à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble, Responsable de recherches au CRESSON, UMR Ambiances 1563 Responsable scientifique du site "cartophonies.fr"

Une jetée suspendue à La Défense

 

MAquette du site  : le cimetière cerné par les infrastructures
Maquette du site : le cimetière est cerné par les infrastructures au nord et à l’est, il est longé à distance par la jetée au sud. 

 

LDButteeVoirEtreVuLD_IMG_0704

La « jetée » est un espace linéaire de 450 mètres de long qui se termine de manière abrupte formant un balcon à 8 mètres au dessus du sol.

Le sol légèrement cintré renvoie le passant sur les côtés.

Cet « accessoire de connexion » est connecté d’un côté (vers l’Arche) mais pas de l’autre, se terminant dans le vide, il force au demi tour ou à la pause au seuil d’un paysage infini.

On peut analyser ce dispositif de différentes manières.

– Deux ambiances se superposent : dessus à la vue dégagée et dessous par les images des corps en mouvement aperçus à travers les interstices des sols de la passerelle (caillebotis métallique et plancher bois).

Dessus, le piéton perçoit le dessous de manière visuelle, la balustrade et les assises se tournent (du côté  le plus fréquenté) vers le jardin de Gilles Clément et plus loin en second plan vers le cimetière en contrebas masqué par les arbres.

La jetée surplombante

CLIQUER SUR LE LIEN POUR ECOUTER  LE DESSUS : LaDéfenseSurJetée1304215(13h)-0054

Dessous, les pas faisant vibrer le dispositif, les mouvements (roulements, impacts) et les voix qui se produisent au dessus transparaissent à l’oreille, créant un milieu à la fois à l’écart des foules et étrangement connecté.

CLIQUER SUR LE LIEN POUR ECOUTER  LE DESSOUS :  LaDéfenseSousJetée130421-0066

 

 

 

 

 

 

ambiances en mouvement

Les études sur les ambiances urbaines et architecturales concernent les phénomènes sensibles corrélés aux phénomènes lumineux, sonores, climatiques et liées à l’expérience du mouvement dans l’espace habité. Ce carnet de recherches vise à confronter les différentes approches de terrain permettant de décrire, analyser et concevoir des éléments de ces ambiances à partir de thématiques émergeant des situations abordées ou projetées.

On y explore les phénomènes observables et les modalités de représentation (graphiques, videos, sonores) de nos analyses liées à l’idée de seuil d’ambiance, de paradoxes sensibles et de régimes sensibles de mobilité dans des espaces urbains complexes, en mutation.

Une grande partie des premiers articles s’appuie sur l’axe que nous avons piloté (Grégoire Chelkoff, architecte, professeur ENSA Grenoble, chercheur CRESSON, avec la participation d’Olivia Germon et Pascaline Thiollière, alors doctorantes en architecture) concernant les « seuils ambiants et les régimes sensibles de mobilité au voisinage des cimetières » faisant partie de l’action de recherche financée par l’ANR Muse coordonnée par R. Thomas au laboratoire CRESSON (2013-2014) . Les lieux support de cette recherche se situent à Barcelone (Poble Nou) et à La Défense. Chacun de ces sites a la particularité d’inclure un cimetière installé bien avant différentes mutations urbaines  (et d’autres en cours), ce qui occasionne la juxtaposition de rythmes d’usages fortement différenciés. Ainsi, le quartier de affaires surplombe de sa jetée le cimetière de Puteaux et le tourisme du littoral contourne les hauts murs du cimetière de Poble Nou. Comment se rencontrent des milieux si différents ? En quoi les relations spatiales, visuelles, sonores, climatiques et de mobilité se modèlent entre ces polarités hétérogènes ?

Le carnet évoluera à partir de ce premier travail pour aller vers un carnet de d’échanges sur les observations, analyses et représentations éclairant les ambiances architecturales et urbaines.