Archives de catégorie : 3 Seuils sensibles

Les seuils sensoriels mettent en jeu les niveaux d’éveil de la sensibilité qu’elle soit visuelle, sonore ou vibratoire, kinésique ou aérothermique. On s’intéresse ici aux éléments susceptibles de marquer des différences parfois subtiles mais bien présentes (localisation, vibration). Ces éléments de “second plan” peuvent en même temps venir au premier plan et “réveiller” la perception et l’action ou encore former des énigmes ou des paradoxes sensibles (de localisation, de concordance,
Cette mise en jeu des seuils de perception dans les aménagements et les matières contemporaines sont-ils le signe d’une “nouvelle” sensibilité ?

Espaces seuils

pieces poble nou“L’antichambre”

Pièce semi circulaire qui fait office d’espace intermédiaire entre le cimetière de Poble Nou et la ville. Entouré de grilles, fermé le soir, certains piétons, pour raccourcir leur parcours semble-t-il, passent par ce lieu définissant les abords de l’entrée du cimetière. Les marques sonores, la lumière naturelle filtrée, la rupture de déplacement due à la différence de niveau, l’entourage par la grille massive de métal, spécifient la modification de l’ambiance au passage de cet espace formant seuil entre la rue et l'”antichambre”.

DSCN2071 DSCN2075 DSCN2086 DSCN2093

Franges – Poblenou

Les franges des arbres en bordure du terrain de jeux forment un espace tampon – ponctué de bancs bien placés – entre le trottoir lisse et filant et la zone de jeux à découvert. Le filtre des branchages et les ombres et sons des feuillages contribuent à circoncire cet espace en lui conférant une ambiance propre.

Vidéo : O. Germon

 

Poble Nou : articulations dans la douceur des pentes

Les pentes qui aboutissent au sommet organisent des seuils de perception. En même temps que l’horizon apparaît progressivement à l’oeil du marcheur, l’environnement sonore devient d’un coup plus perméable en s’ouvrant au trafic routier le long du littoral, l’échelle de la perception, de l’environnement comme d’autrui, change, faisant passer rapidement d’une ambiance à une autre.

Ecoute du fragment sonore :

Vue de la montée vers l’horizon littoral :

DSCN2128

Descente vers la ville

DSCN2118

 

 

 

L’arche comme seuil auditif

L’arche, pensée à l’image d’une porte ouverte, fonctionne comme telle lorsqu’on la traverse.  Mais à la façon d’un «col», le piéton s’élève, passe un sommet et redescend de l’autre côté.  L’articulation kinésique et altimétrique est aussi sensible par le son :  au fur et à mesure que le passant monte, la réverbération du toit de l’arche se fait sentir, puis les flux routiers en contrebas envahissent peu à peu l’expérience auditive isolant le marcheur dans le milieu routier.

En sens inverse, venant de la jetée et des cimetières, le piéton franchit le bruit routier,pénètre petit à petit la sphère vocale qui se déploie côté esplanade lorsqu’il vient du monde opposé.

Ecoute de ce trajet  :  En venant du côté du cimetière : on entend d’abord les pas sur le revêtement de bois, puis avec le changement de sol (passage à des dalles sur plots), ils disparaissent, le fond sonore est constitué d’oiseaux lointains, d’une “brume sonore” indifférenciée composée du fond urbain, d’un avion et de quelques cris réverbérés lointains, au fur et à mesure que l’on monte les escaliers de l’arche côté ouest, le son routier semble monter aussi, des chocs entre câbles des ascenseurs produisent des sons étranges lorsqu’on parvient au “sommet”, puis petit à petit émergent des voix et la composition se modifie graduellement, l’articulation se fait en douceur, d’abord réverbérées les voix forment petit à petit  une enveloppe de plus en plus imergente, le fond initial est absorbé dans cette enveloppe vocale de proximité, le lointain disparaît. LaDéfensePassageTraversArcheSeuilOuestEst130421(14h)-0056 Racccourci

Coupe Arche de la Défense coupe sur le côté Est, l’esplanade de la Défense et ses dessous