Archives de catégorie : Mouvance

Sous le terme de mouvance, nous interrogeons les formes de mobilité qui se donnent à percevoir dans les espaces construits et font corps avec lui. Les différentes figures qui en émergent caractérisent l’expérience mobile de l’espace et des ambiances. Les continuités (glisse, fluidité, continuité) et les ruptures-seuils (rythmicité, marques, pauses) qui se négocient dans la marche sont particulièrement observées comme marqueurs d’ambiance.

Procession – Poblenou

Un groupe de personnes sort du cimetière après la « mise en enfeu » d’un proche, par le portail latéral. Sitôt passé l’angle, le groupe va longer le mur latéral du cimetière sur toute sa longueur avant de rejoindre la Rambla. Le mur haut, long et aveugle, placé comme un écran de fond derrière ce mouvement d’ensemble, en renforce l’aspect linéaire et solennel. L’image d’une procession s’en dégage (alors même que les protagonistes n’en ont peut-être ni conscience ni l’intention), trace persistante de pratiques liées à la présence du cimetière dans le quartier.
Nous pouvons comparer ce mouvement d’ensemble régulier aux singularités presque affichées et visibles de toutes parts du « Défilé – entre la Rambla de Poblenou et la plage ».

Vidéo : P. Thiollière

Marche nonchalante

Marche nonchalante en revenant de la plage à Poblenou, tongs aux pieds dans la descente en pente douce. Les garçons et filles marchent côte à côte mais les unes derrière les autres. Voir en parallèle la vidéo « Des marches et démarches à La Défense – Axe 4 ».

Vidéo : O. Germon

Pause dans la marche

Faire une pause dans une marche relativement pressée en déviant son chemin pour quelques instants (la Jetée à La Défense, en surplomb de l’arrière du cimetière de Neuilly), ou faire une pause dans une marche tranquille en tournant son corps et son regard (Parc de Poblenou, en surplomb d’un terrain de jeux)

Vidéos : G. Chelkoff, O. Germon

Ligne de fuite à l’ombre du mur

L’ensoleillement de la rue du Taulat, qui longe le mur latéral du cimetière de Poblenou côté ville, détermine une ligne d’ombre franche, vers le mur le matin, vers les fabriques l’après-midi. Cette forte latéralisation de l’ambiance thermique et lumineuse par temps chaud et beau, semble avoir un impact sur la décision de marcher ou non du côté de ce mur pourtant haut, uniforme et dont la longueur paraît sans fin. Le piéton choisit alors de marcher assez près du mur ou s’en éloigne légèrement, contournant les réverbères, dévie légèrement sa trajectoire ou change sa canne de main pour un instant au croisement d’un autre piéton ou pour éviter la caméra.

Du côté des fabriques, le trottoir est large, animé de présence végétale (alignement d’arbres de moyenne hauteur), des échappées visuelles et sonores transversales sont possibles lorsque les portes des artisans sont ouvertes (son des machines, voix, radio). Du côté du cimetière, l’autre face de la rue  présente un mur quasi-monochrome, sans animation, haut et long de 270 mètres, bordé d’un trottoir relativement étroit, planté de hauts réverbères, au sol de dalles de ciment gris (imitant de petits pavés), le regard du marcheur fuit en avant, vers le bout du mur, son attention n’est détournée que par le passage d’une voiture ou d’une camionnette, ou par le croisement d’un autre piéton.

Vidéo : O. Germon

Défilé – entre la Rambla de Poblenou et la plage

La Rambla del Poblenou, autrefois portion large et longue de rue s’arrêtant sur un mur, se prolonge aujourd’hui par une allée piétonne directement vers le parapet en surplomb de la plage, traversant le Parc du littoral qui la jouxte.
D’une étendue couverte et ombragée (couverture végétale des arbres du parc), l’allée droite et lisse (avec une très légère déclivité qui monte vers la mer) devient une zone à découvert, où le lointain est visible et audible. Le promeneur semble alors offrir le spectacle de sa déambulation, de loin en loin les silhouettes en mouvement forment une ligne épaisse ou parsemée.

Dans l’extrait choisi, une musique provenant de la Rambla (concerts organisés pour la fête du quartier) vient appuyer cette impression.

Vidéo : O. Germon

La glisse en pente douce – Poblenou

Se poster à un carrefour pendant une heure et observer comment les mouvements de glisse dessinent des sinusoïdes, lignes droites, petites chorégraphies urbaines en pente douce. La largeur du trottoir, le sol lisse, l’effacement des niveaux par une déclivité sans emmarchement et la proximité de la plage favorisent une mobilité « sur roues » que l’on pourrait qualifier de décontractée et sportive, collant parfaitement à l’image de ville « balnéarisée ». Prises vidéo effectuées le 5 juin 2012 entre midi et treize heures près de l’école située à l’angle sud du cimetière de Poblenou.

Vidéo : O. Germon

Oscillation des corps et frottement des pieds – La Défense

A l’approche des escalators, les corps se resserrent, ralentissent, un mouvement d’oscillation (appui alterné d’un pied sur l’autre) général se produit. Seules les nuques restent dans le champ de vision, les pieds se dérobent à la vue et se mettent à raser le sol pour ne pas heurter le talon des voisins. Les corps massés créent ainsi un mouvement d’ensemble rythmé de chuintements, moment de suspension du flux continu entre la sous-face et la surface, manifestation discrète du passage d’un milieu à un autre.
Capture vidéo effectuée un lundi matin à l’heure de pointe à La Défense, sortie des couloirs de métro et RER pour aller en surface de la dalle.

Vidéo : O. Germon

Masse en mouvement – La Défense

« Mouvement de masse » ou « Masse en mouvement » à La Défense. 1/ Le chercheur en observateur extérieur (caméra fixe perpendiculaire au flux) 2/ puis engagé dans le flux, tentant de suivre un travailleur. Ce martèlement incessant des pas des travailleurs caractérise l’ambiance du plateau de La Défense aux heures de pointe, le matin en semaine.

Vidéo : O. Germon

Douceur des pentes à Poble Nou

De part et d’autre (à l’avant et à l’arrière) du cimetière de Poble Nou, des pentes douces viennent enjamber un axe routier, semi-enterré sous un parc qui jouxte le littoral. Entre le socle bas sur lequel est posé le cimetière monumental, et le parc, il y a 6 mètres de dénivelé. Les pentes qui articulent ces niveaux permettent une mobilité tout « en glisse ».

Photos : G. Chelkoff, O. Germon, vidéo O.G.

L’observation récurrente d’une marche

Sur le site de Poble Nou, nous avons constaté qu’il existe peu de marches à franchir. Il se trouve que l’une d’entre elles fait véritablement seuil, cadrée par le portail latéral idéalement placé pour passer de la rue à ce que nous avons nommé l' »antichambre » du cimetière. Nous avons choisi de nous poster là à divers moments pour observer la descente ou la montée de ce relief, seul ou à plusieurs, en s’aidant de la grille pour prendre appui ou non.

Nous avons pu compter par exemple 9 passages par ce portail latéral en seulement 2 minutes trente un dimanche matin. Dans la semaine, il est utilisé notamment aux horaires d’entrée ou de sortie d’école (située à l’autre coin avant du cimetière) car les enfants du quartier qui s’y rendent prennent ce raccourci plus ombragé et éloigné des voitures. Se côtoient ainsi usagers du cimetière, habitants du quartier et touristes dans cet « antichambre » poreuse, mais protégée de murs bas et lourde grille, accueillant le visiteur avec des bancs, des palmiers et les perruches qui y ont trouvé refuge.

La hauteur de cette marche fait que l’on doit s’y préparer, on observe de façon récurrente un mouvement de tête vers le bas à l’approche du portail, parfois un changement de rythme dans les pas. A la descente, se perçoit un « laisser-aller » du corps qui vient rebondir au sol, le poids descendant dans le pied d’appui, provoquant une légère accélération du pas juste après le franchissement de la marche, ou au contraire une retenue du corps, qui s’agrippe pour ne pas tomber. A la montée, le regard se focalise sur l’obstacle pour se rediriger vers l’horizontale dès que le pied s’est bien ancré sur la marche pour que le corps se hisse.

Ces très légères ruptures dans le mouvement cyclique de la marche sont susceptibles de modifier pour un instant l’état de corps, entre une petite rue  assez passante (des camions ou camionnettes la prennent très régulièrement), et un espace où le relâchement d’attention est possible.

Vidéos : G. Chelkoff, O. Germon, P. Thiollière, montage : O.G.

Rythmes, rituels et seuils temporels

Entre 8h45 et 9h45, le flux entre la sortie de RER et l’entrée des bureaux de la Société Générale est permanent et dense; dans ce laps de temps, les 7000 personnes qui travaillent dans les tours rejoignent leur bureau. On avance silencieusement dans la même direction et sur un rythme proche, marquant ainsi temporellement l’ambiance de la dalle. Pas cadencés, valises à roulettes sur les pavés de granit, martèlements réverbérés sur les façades de verre, visages pressés aux traces de sommeil, corps dans un déplacement machinal, peu alerte et presque solennel. Ce rituel de mise en marche des tours de bureaux marque un seuil, un changement de paradigme, après lequel l’ambiance sera désormais au sérieux des affaires, quelques salariés allant pressés d’une tour à l’autre, pour une réunion ou un rendez-vous.

Mise en marche

RER_SG_tracesSol  vue d’oiseau, on remarque les traces sur sol aux passages les plus empruntés

FluxRerSG

Aux alentours de midi, les salariés ressortent des tours en petits groupes, plus bavards qu’au petit matin. Le temps du déjeuner marque un nouveau seuil, un temps suspendu entre le travail du matin et celui de l’après-midi, où les travailleurs en col blanc se dispersent dans les divers lieux de restauration, sur les marches ou sur quelques assises hasardeuses, guettant les trouées dans l’ombre des tours. Les bancs le long de la jetée sont également très appréciés le temps de la pause déjeuner, on y apprécie la distanciation qu’elle permet par rapport à la dalle, suspendue au dessus de la canopée des charmes du cimetière; les chants d’oiseaux et les vibrations de la passerelle offrent un autre univers sonore et le jardin de l’Arche en contrebas représente une zone de retrait où certains y déssereront la cravate le temps d’une partie de pétanque. (voir art. sur la Jetée http://lambiophil.hypotheses.org/18)

Déjeuner semaine

 

ombres mouvantes et déplacement

Quelques remarques sur la place des ombres dans différentes formes de déplacement.

Linéarité défilante en modulation d’ombre

Sur l’axe menant de la rambla à la plage, les déplacements incessants forment une ligne de mobilité remarquable par sa densité. Chaque marcheur constitue un élément identifiable par sa mise, sa démarche, sa vitesse, etc, mais s’inscrit dans cette kinésique du défilement.

Dans ce défilé continu,  l’ombre végétale mise en valeur par le vent et projetée au sol est ici remarquable et constitue le formant sensible du seuil :

– en structurant l’expérience lumineuse du long parcours linéaire

– en changeant l’aspect du défilement par l’effacement transitoire des ombres des passants au profit de ces ombres agitées par le vent.

Pour voir la vidéo cliquer ci dessous : Montage de séquences prises d’un même point (sur le bord du chemin) et accélération vidéo utilisée par contraste au cadrage volaontairment fixe (sans pied)

Ombres Mouvantes et déplacement

Surface multidirectionnelle

Montage photo révélant la marque des ombres sur la dalle dégagée et minérale de la Défense. Ce montage évoque l’image d’une danse sur un plateau faisant interagir la surface continue et relativement indifférenciée du sol , au sens où il n’y a pas de seuil particulièrement émergeant dans le champ d’expérience visuel, sonore et kinésique) et le déplacement des individus qui s’y dispersent en tout sens (formalité d’usage). Cette interaction entre continuité et dispersion crée le formant sensible de cette expérience particulière de la dalle comme surface multidirectionnelle.

Seuilsd'Ambiance.007

 

 

 

Les axes de la marche

En résonance de la composition architecturale et urbaine selon des axes comme on l’a vu à La Défense, quelques réflexions et observations sur les pratiques de marche « axées ».

cimPNouvueaer

L’axe central du cimetière organise l’entrée dans l’hémicycle extérieur et le passage de l’enceinte, il vient butter sur la partie la plus ancienne.

Le second axe qui le croise lie deux portes sur l’hémicycle , mais la porte côté littoral a été fermée. La seconde porte sur la rue arrière est très empruntée, elle ferme avec le cimetière le soir venu.

Les marcheurs entrant  par l’axe principal suivent l’espace dessiné passant entre deux fontaines. La marche axée donne dan sce cas une certaine solennité

Vidéo :  suivi de l’axe de l’entrée du cimetière de Poble Nou