L’observation récurrente d’une marche

Sur le site de Poble Nou, nous avons constaté qu’il existe peu de marches à franchir. Il se trouve que l’une d’entre elles fait véritablement seuil, cadrée par le portail latéral idéalement placé pour passer de la rue à ce que nous avons nommé l' »antichambre » du cimetière. Nous avons choisi de nous poster là à divers moments pour observer la descente ou la montée de ce relief, seul ou à plusieurs, en s’aidant de la grille pour prendre appui ou non.

Nous avons pu compter par exemple 9 passages par ce portail latéral en seulement 2 minutes trente un dimanche matin. Dans la semaine, il est utilisé notamment aux horaires d’entrée ou de sortie d’école (située à l’autre coin avant du cimetière) car les enfants du quartier qui s’y rendent prennent ce raccourci plus ombragé et éloigné des voitures. Se côtoient ainsi usagers du cimetière, habitants du quartier et touristes dans cet « antichambre » poreuse, mais protégée de murs bas et lourde grille, accueillant le visiteur avec des bancs, des palmiers et les perruches qui y ont trouvé refuge.

La hauteur de cette marche fait que l’on doit s’y préparer, on observe de façon récurrente un mouvement de tête vers le bas à l’approche du portail, parfois un changement de rythme dans les pas. A la descente, se perçoit un « laisser-aller » du corps qui vient rebondir au sol, le poids descendant dans le pied d’appui, provoquant une légère accélération du pas juste après le franchissement de la marche, ou au contraire une retenue du corps, qui s’agrippe pour ne pas tomber. A la montée, le regard se focalise sur l’obstacle pour se rediriger vers l’horizontale dès que le pied s’est bien ancré sur la marche pour que le corps se hisse.

Ces très légères ruptures dans le mouvement cyclique de la marche sont susceptibles de modifier pour un instant l’état de corps, entre une petite rue  assez passante (des camions ou camionnettes la prennent très régulièrement), et un espace où le relâchement d’attention est possible.

Vidéos : G. Chelkoff, O. Germon, P. Thiollière, montage : O.G.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.