Ligne de fuite à l’ombre du mur

L’ensoleillement de la rue du Taulat, qui longe le mur latéral du cimetière de Poblenou côté ville, détermine une ligne d’ombre franche, vers le mur le matin, vers les fabriques l’après-midi. Cette forte latéralisation de l’ambiance thermique et lumineuse par temps chaud et beau, semble avoir un impact sur la décision de marcher ou non du côté de ce mur pourtant haut, uniforme et dont la longueur paraît sans fin. Le piéton choisit alors de marcher assez près du mur ou s’en éloigne légèrement, contournant les réverbères, dévie légèrement sa trajectoire ou change sa canne de main pour un instant au croisement d’un autre piéton ou pour éviter la caméra.

Du côté des fabriques, le trottoir est large, animé de présence végétale (alignement d’arbres de moyenne hauteur), des échappées visuelles et sonores transversales sont possibles lorsque les portes des artisans sont ouvertes (son des machines, voix, radio). Du côté du cimetière, l’autre face de la rue  présente un mur quasi-monochrome, sans animation, haut et long de 270 mètres, bordé d’un trottoir relativement étroit, planté de hauts réverbères, au sol de dalles de ciment gris (imitant de petits pavés), le regard du marcheur fuit en avant, vers le bout du mur, son attention n’est détournée que par le passage d’une voiture ou d’une camionnette, ou par le croisement d’un autre piéton.

Vidéo : O. Germon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.