L’organisation de la vue : un jeu de co-visibilités, co-surveillance ?

Il existe en parallèle, aux abords directs du cimetière de Neuilly, des modes de retrait possibles. Dans un site aussi soumis à la surveillance (notamment vidéo) que La Défense, il semble que se soustraire à la vue soit un défi et parfois une nécessité. L’escalier en spirale accroché à la « jetée », par exemple, qui est enveloppé d’une treille métallique, paraît être un lieu de prédilection pour des jeunes filles qui veulent fumer un narguilé discrètement. Là où certains verraient un éventuel lieu de menace et d’ « insécurité », d’autres se servent de ces quelques marches protégées comme cache pour fumer à l’abri des regards et caméras indiscrets. De même, la volée de marches en contrebas de ce colimaçon, qui bute sur un cheminement ombragé et une palissade de bois -reste de chantier jamais terminé ?-, permet de boire une bière entre amis mais ne semble pourtant pas très engageante.

 

Paradoxalement, les marches permettent l’assise mais sont des lieux de connexion, pratiqués obligatoirement à un moment ou un autre. Cela suppose que les adolescents qui s’installent ici sont à la fois en position de retrait et en situation d’ostentation, de mise en visibilité de leur activité puisque les marches sont encombrées et qu’il faut bien leur passer à côté.

escalier enveloppé formant connexion entre la Jetée et le jardin en contrebas
escalier enveloppé formant connexion entre la Jetée et le jardin en contrebas 

L’on observe ainsi, de premier abord, sur ce site, des modes de retrait qui sont aussi, paradoxalement, des modes de mise en visibilité : les arbres qui bordent le cimetière de Neuilly offrent tout à la fois des zones d’ombres et la possibilité de s’offrir en spectacle aux passants de la jetée qui les surplombent. De niveau en niveau, de marches en marches, l’on est pris dans une sorte de kaléidoscope : le regard surplombant de la jetée est lui-même surplombé par la dalle et ses « habitants », assis sur les marches de l’Arche, perchés sur les terrasses des bureaux attenants, ou encore cachés dans les tours de verre et de pierre.

 

des zones de retrait près du cimetière de Neuilly à La Défense, à la vue du passant de la Jetée
des zones de retrait près du cimetière de Neuilly à La Défense, à la vue du passant de la Jetée 

Cependant le regardeur peut être regardé : au bout de la jetée, cette espèce de couloir de connexion entre le bas et le haut, les quelques personnes venues là contempler non pas le paysage mais les « gens du dessous », qui circulent au pied du pilier, peuvent également être les acteurs d’une scène aérienne pour ces mêmes « gens du parterre »… Jeu de regards, de co-visibilités, la vue se perd à l’horizon et ricoche entre les tours, entre le haut et le bas…

 

Le bout de la Jetée à La Défense : vu/ être vu
Le bout de la Jetée à La Défense : vu/ être vu 

A Poble Nou, l’urbanisme n’est pas celui, monumental, de dalle et de tours de La Défense, mais la vague, qui a envahi tout le littoral et ses abords, semble également avoir connoté les pratiques des lieux nouvellement aménagés. L’on peut retrouver, en écho au terrain de La Défense, bien que de façon moins explicite, ces jeux de vue surplombante et de mise en retrait ou en visibilité. Par exemple, le terrain de basket sur le côté sud du cimetière, nu, lisse, réverbérant, prolonge la plage les jours de beau temps : quelques jeunes hommes viennent y bronzer, à moitié nus, et pourtant encore dans la ville. En surplomb, une langue du parc en espalier qui se déroule le long de la plage : il est possible de s’installer là, sous les arbres, pour transformer le terrain en contrebas en « scène » dont le fond serait le mur du cimetière.

les pratiques balnéaires s'invitent dans la ville - Barcelone - terrains de jeux entre le cimetière de Poble Nou et le littoral
les pratiques balnéaires s’invitent dans la ville – Barcelone – terrains de jeux entre le cimetière de Poble Nou et le littoral 

passerelle enjambant la "Ronda Litoral" dans le quartier Poble Nou à Barcelone
passerelle enjambant la « Ronda Litoral » dans le quartier Poble Nou à Barcelone 

Les passerelles qui passent au-dessus de la « Ronda Litoral » permettent un point de vue sur les quelques amoureux installés autour des semblants de lac artificiel en contrebas. La promenade qui surplombe la mer permet un point de vue sur les personnes qui profitent de la plage. Enfin, de façon plus troublante, le seul bâtiment qui donne réellement sur le cimetière est un hôtel aux vitres tournées vers le littoral, offrant une vue plongeante à ses clients sur le labyrinthe de pierre jusqu’ici protégé des regards par ses hauts murs.

vue imprenable depuis l'hôtel sur le littoral - et sur l'intérieur du cimetière de Poble Nou cerné de hauts murs
vue imprenable depuis l’hôtel sur le littoral – et sur l’intérieur du cimetière de Poble Nou cerné de hauts murs 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *