Le son des villes au temps du covid : coupes sonores temporelles

Un des effets sensibles du confinement est la baisse du niveau sonore et l’apparition d’un champs auditif renouvelé. Le relevé ci dessous publié dans le journal Le monde ( 2 Avril 2020) est éloquent. En prenant en exemple le quartier des Halles à Paris, la baisse du niveau de bruit y est évaluée à près de 21 dB.

Graphe publié dans Le Monde, 02 Avril 2020

Evolution qualitative et enjeux écologiques

Beaucoup ont bien sûr noté l’appropriation du monde sonore urbain par l’avifaune, révélant une nouvelle face paradoxale de l’environnement sonore. Cette émergence est associée à la préfiguration d’une ville qui serait plus « écologique » , moins dominée par les sons routiers et autres sources de bruit industriels et continus et elle pourrait préfigurer ce monde de demain qui pour certains est attendu ; une sorte d’eden sonore.

Mais cette brusque disparition du bruit de fond urbain engendré par la circulation c’est aussi la densité des activités humaines (voix, échanges, etc.) qui décline du fait de l’impossible occupation des espaces publics. A ce titre la publication d’une photo dans une rue d’un quartier à Wuhan (Journal Libération Avril 2020) révèle une toute autre atmosphère urbaine : les habitants coupent la rue notamment par des jeux et autres occupations. La politique de confinement clôturant par quartier laisse semble-t-il les rues de la zone confinée accessibles et on peut y voir des activités publiques.

En fait connaître la baisse quantitative du niveau de bruit ne suffit pas, il nous semble tout intéressant de connaître la composition de « ce qui reste », ce qui compose le temps sonore qui, plus qu’un « paysage » se saisit dans une durée.

Méthode des coupes sonores temporelles : comparer ce qui est entendu depuis nos fenêtres permet de comprendre les situations (physiques, sensibles et sociales) dans lesquelles l’expérience auditive a lieu et vise à extraire et interroger nos critères qualitatifs.

C’est pourquoi une campagne de prises de son faites depuis les fenêtres et balcons que nous habitons a été lancée auprès de mes collègues de laboratoire dès le 30 mars à des heures fixes, puis a été réitérée le 8 avril et le 19 Avril. Ces enregistrements simultanés à des heures fixes d’abord limités à l’après midi ont été étendues à la matinée (8h, 11h, 14h 17h et 20 h). Ces coupes sonores temporelles révèlent ainsi l’évolution de la composition sonore depuis un point d’écoute privilégié que constituent nos fenêtres et balcons.

Ces enregistrement réalisés d’abord en France intègrent le fameux moment de 20 h choisi pour exprimer la reconnaissance envers les personnels de santé. Ce moment est ainsi un révélateur à la fois des formes de manifestation sonore mais aussi des acoustiques locales et des effets des configurations spatiales construites.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.