De la fabrication à l’empathie : El Centro Cultural Del Born (Barcelone)

Par Nina D’Amico Etudiante du séminaire Architecture Ambiance et cultures sensibles ENSAG/ Grégoire Chelkoff / Janvier 2016

Lorsque la question est de savoir si une chose est belle ou non, nous désirons savoir, nous-même ou toutes autres personnes, comment nous la jugeons en la considérant simplement, et non pas si nous pourrions porter un intérêt à l’existence de la chose. L’esthétique, du grec Esthesis qui définit la science du sensible, traduit la faculté qu’a une œuvre, un objet, à procurer du plaisir. Hans-Robert Jauss, romaniste et théoricien de la littérature, propose lors d’une conférence en 1972 (retranscrite dans un ouvrage intitulée Petite apologie de l’expérience esthétique1) un élargissement de la notion d’es- thétique. Il avance que l’esthétique ne renvoie pas seulement à l’essence du beau, mais également à l’expérience, c’est-à-dire la pratique de l’esthétique comme activité de production, de réception et de communication.

Il m’a été donné de mettre en pratique il y a peu ce double regard sensible sur l’architecture, au cours d’un séjour en Espagne. Je cherchais à rejoindre la mer en traversant la vieille ville de Barcelone. Au détour d’une ruelle pavée du quartier Ribera, je dé- bouche sur une place minérale au cente de laquelle se trouve une grande halle de fer. La structure est classique, travaillée avec nesse et je remarque de nombreux détails discrets dans sa réalisation qui lui certi ent une richesse évidente. Immédiatement l’on peut sentir la force d’un travail achevé. C’est cette force de l’œuvre accomplie, sereine, qui m’a tout de suite attirée vers cette architecture. Peut- être était-ce la géométrie parfaite de la halle, ses matériaux travaillés avec soin, les couleurs chaudes des parements?

Par le regard d’architecte que je porte sur le monde, j’ai le devoir d’analyser, d’observer, d’expérimenter chaque œuvre et chaque espace que je vis au tra- vers du prisme très complexe de l’esthétique, a n de construire ma propre manière de concevoir l’architecture. A travers les trois phases esthétiques mises en lumière par Jauss, je dépeindrai au l de mon souvenir l’analyse esthétique de ce monu- ment, devenu expérience esthétique majeure dans ma formation d’architecte.

Vue aérienne de la réhabiliation

poiesis _ moment de création

La dimension poïétique traduit les intentions durant la production. Nous pouvons résumer cela comme l’action de l’homme qui ainsi s’approprie le monde. La poïesis est le produit de la connais- sance, le dépassement et le renouveau d’un objet. Ici nous parlons d’architecture, mais cela est vrai dans toute chose: l’art, le design, la science.

Ce projet, vu qu’il s’agit d’une réhabilitation, com- porte deux esthétiques poétiques. La première naît de la construction de cette architecture. La halle del Mercat del Born appartient au mouvement avant-gardiste qui voulait donner à la Barcelone du XVIIIe un visage neuf, moderne, appliquant règles d’hygiène et de techniques nouvelles de l’époque. La halle du marché de Born a été conçue dans une dynamique plus urbaine que seulement architec- turale. L’architecte, Josep Fontsere I Mestre, a créé une structure de fer habillée de verre, dressée au cœur d’une très belle place minérale. L’ensemble est droit, symétrique. Le lieu inspire un travail géo- métrique classique, presque académique. Ce qui accentue le désir de montrer à la population de Barcelone un visage neuf, plus évolué et plus fort de leur ville et de leur communauté. Dans un ou- vrage intitulé Mémoires d’un architecte2, publié en 1968, Fernand Pouillon explique qu’il a «compris que l’architecture devrait être un métier social, et […] donc choisi d’être un architecte social». Ces quelques mots soulignent la nécessité de conce- voir l’architecture non pas seulement comme un objet du beau, mais comme pour traduire un pas en avant, une évolution de l’humanité. Ce n’est pas l’architecte, ni son travail qui sont mis en avant, mais le désir universel de faire évoluer la société, la recherche permanente d’un mieux-vivre.

1 JAUSS, Hans-Robert. Petite apologie de l’experience esthétique. Traduit de l’allemand par Claude Maillard, Edition ALLIA, 2007. 80p.

2 POUILLON, Fernand. Mémoires d’un architecte. Editions du Seuil, 1ere édition 30 Juin 1968. 481 p.

Après avoir accueilli pendant 100 ans le marché de Born, la halle fut destinée aux fêtes et autres événe- ments du quartier avant d’entamer des travaux en 2002 pour créer en son sein le siège de la biblio- thèque provinciale de Barcelone. C’est durant ces travaux que furent trouvés les vestiges archéolo- giques du quartier du XVIIIe siècle. Ces découvertes ont provoqué la décisions de faire de la halle un lieu culturel historique.

La seconde esthétique poïétique est donc créée durant la réhabilitation intérieure de la halle, imaginée par les architectes espagnoles Enric Soria et Rafael Càceres. Le niveau principal sur lequel je me trouve en pénétrant dans la halle reprend la structure acier mat comme seule écriture, s’e açant presque devant les vestiges. Sobre et élégant, l’intérieur de l’édifice de fer mêle authenticité et modernité, traditionnel et contemporain de façon juste. L’un embellit l’autre, une complémentarité raisonne en ces lieux. La halle appartient au mouvement avant-gardiste qui voulait donner à la Barcelone du XVIIIe un visage neuf, moderne, appliquant règles d’hygiène et de techniques nouvelles de l’époque.

Le parti pris des deux architectes est tout à fait représentatif du mouvement contemporain qui in- cite à épurer et utiliser des matériaux industriels et assumés, tout en se rapportant aux origines de la halle (nous retrouvons le métal et le verre). Heinrich Wolfflin, écrivain, professeur et historien de l’art du XXe, avance l’idée, dans Principes fondamentaux de l’histoire de l’art3 (1915), que chaque période artistique marquante et qui dura un temps remarquable génère sa période classique puis baroque. Il est clair ici que les deux périodes distinctes rassemblées dans cette architecture appartiennent à deux périodes classiques, séparées par plus d’un siècle d’histoire de l’art et de la construction. Et le classique, toujours selon Wolfflin, se réfère indubitablement à une esthétique du beau. On parle de couple de catégories pour déterminer si une œuvre appartient au beau ou au sublime. Or si nous re- prenons la liste de ces couples, le Born Centro Cultural de Barcelona fait partie de la catégorie du beau: linéarité, œuvre achevée, sensation de bien-être en son sein etc…Si je me penche maintenant sur la composition des espaces intérieurs, je retrouve une division claire des surfaces selon une règle très simple: toutes les salles et locaux techniques sont distribués sur les cotés de la halle afinn de libérer au maximum l’espace central contenant les ruines exposées et toute la circulation.

Entrée latérale (book «hicarquitectura», 2005)

Plan du RDC et façade Sud (book «hicarquitectura», 2005)

Les espaces latéraux ont été aménagés en des salles de conférences modulables, une estrade, des sanitaires ainsi que des locaux techniques. On doit trouver des bureaux à l’étage mais je n’y suis pas allée. Là encore, les cloisons toute hauteur séparant l’espace principal de la halle et ses espaces latéraux sont en acier brossé, mat et parsemés ça et là de portes fondues dans le métal.

Paul Valéry, poète et philosophe français du XIXe siècle, pense que la dimension poïétique est d’autant plus forte en musique et en architecture, car elle ne fait pas seulement de l’imitation, mais va plus loin. L’utilisation des matériaux industriels est fréquent dans l’architecture contemporaine, pour la force et le cachet des couleurs, des matières. Cependant, chaque habillage, chaque agencement est pensé pour un projet en particulier. Le travail de l’architecte raisonne d’autant plus dans le détail, la subtilité que dans un e et radical. Ici, l’e et est créé aux franchissements des quatre portes des entrées. Les éléments additionnés à l’architecture existante sont épurés, utilisent le même code couleur que ce qui est déjà présent, et n’apportent pas d’extravagance inutile. Pour ma part, cet aménagement est donc vraiment “réussi”.

Source image: photo de Lluís Casals. hicarquitectura.com

3 WOLFFLIN, Heinrich. Principes fondamentaux de l’histoire de l’art. Imago Mundi. G. Monfort, Décembre 2006. 197p.

aisthésis _ moment de l’expérience

La dimension esthésique exprime le moment de libération, d’ouverture qui vient transformer notre regard sur le monde. Le spectateur s’échappe de son quotidien, laisse ses contraintes derrière lui et jouit d’un regard neuf sur ce qui l’entoure. Pour l’expérience que j’ai pu faire cet été, je peux tout à fait valider ce sentiment, pour l’avoir moi-même vécu de façon très intense. Revenons à l’instant où je débouche sur la place catalane, et m’attarde un peu sur la composition de cet ouvrage. Les tuiles sont colorées, lisses et coordonnées telles les pierres re- couvrant la place. Tout le parement de la façade rappelle la Catalogne traditionnelle, sans trop d’artifice. Juste ce qu’il faut pour rendre un ouvrage beau et attrayant. Les dimensions sont justes, agréables et sécurisantes. Les lignes droites courent le long des poutres métalliques. La symétrie parfaite, qui n’est pourtant pas une caractéristique architecturale qui m’inspire, est ici une réponse recevable.

Pour ce qui est des couleurs, elles s’entremêlent en un nuancier chaud, sans fausse note. La structure dévoile ses apparats de métal fermes et droits, sans oriture aucune. Seule la tourelle centrale semble s’orner d’or, point d’orgue de cette architecture humble, sans orgueil. Je ne me sens pas écrasée par la lourdeur du fer, plutôt invitée à faire plus ample connaissance en son sein. Pour conclure sur l’aspect extérieur de la halle du Mercat del Born, je dirai sans aucun doute qu’il correspond au concept même du beau. Aucune fausse note ne vient brouil- ler la compréhension du tableau qui s’o re à moi, je peux me l’approprier sans mal. Tous les principes du beau se retrouvent en cet élément de fer: linéa- rité, plan, unité, clarté etc…

L’esthétique du beau se déploie également dans un plaisir ressenti, une émotion subjective. La beauté n’est pas une caractéristique de l’objet, comme sa taille ou son poids, mais vient bel et bien d’un juge- ment sensible, basé sur la sensation. Un paradoxe se met alors en place: nous ne pouvons pas prou- ver, justi er un tel sentiment, mais nous pensons que d’autres pourraient partager ce sentiment. On parle ici de plaisir désintéressé, pur. Selon Kant, «le goût est la faculté de juger d’un objet par une sa- tisfaction désintéressée»4. Il parle de sens commun de l’esthétique, d’un idéal. Ici, l’esthétique du beau est traduit par l’entendement, en opposition au su- blime, tourné vers l’imagination.

Entrée Sud ( «El Born» Katalanische Klagemauer », 2013)

Curieuse, je m’approche et pénètre à l’intérieur de l’édifice par une porte monumentale latérale en fer forgé et vitrée. Je suis immédiatement frappée par la chaleur que ce lieu dégage. Je parle ici de chaleur non pas physique mais plutôt émotionnelle. L’espace est majestueux, et pourtant il n’est pas si grand que cela. Il est chaleureux, et pourtant sa fraîcheur me comble, en comparaison aux températures étouffantes de l’extérieur. La halle est lumineuse, et pourtant sa structure est sombre et les ouvertures sont par endroit dissimulées sous les longues lames de bois des stores. A dire vrai, tout n’est que surprise en pénétrant ce lieu, et cependant tout est comme j’aurais pu l’imaginer encore à l’extérieur. Je baigne dans une atmosphère de calme et de béatitude envoûtante. Le temps semble s’arrêter quelque peu, pour que je puisse jouir de tous ces instants de bonheur que ce moment m’apporte. Peut-être que la fatigue de la marche accentue excessivement ce sentiment, mais je suis vraiment bien en ces lieux. Les inconnus me paraissent familiers, les cris se font lointains. La halle m’a happée et j’oublie problèmes et obligations l’espace d’un instant. Tout semble parfait, aucun élément ne jure parmi mes semblables. Les tiges de métalliques filent d’un point précis à un autre. Le verre et le bois s’équilibrent et se répondent. Rien n’est tordu, interrompu, sans raison.

Selon Jauss, «L’aisthesis oppose à la perception dégradée et à la langue servile de l’industrie culturelle la fonction créative et la fonction de critique du langage qui sont propres à l’expérience esthétique» 5. Il met ainsi en avant la nécessité de distinguer la représentation et l’apologie de l’expérience. Jauss dénonce une stigmatisation de l’esthétique, due notamment à la classification sociale. Or le plaisir esthétique doit être accessible et traverser toute possibilité d’action. Le Bauhaus est un bon exemple de mise en pratique. En effet, chaque objet, aussi commun qu’il soit, mérite une attention esthétique.

Source image: http://www.barcelonacheckin.com/fr/r/guide_barce- lone/musees/centre-culturel-born

KANT, Emmanuel. Section I de La critique de la faculté de juger.

4
1790. Flammarion. Flammarion Philosophie, Janvier 2000. 540p.

5 JAUSS, Hans-Robert. «Esthétique de la réception», durant son cours à l’université de Constance intitulé: la pratique de l’histoire littéraire, 1979. p.165.

J’aimerais à présent mettre en rapport le moment esthésique et les notions de beau et sublime, qui viennent logiquement se répondre dans ce texte.

Le jugement esthétique selon Kant se divise en deux faces distinctes: le beau et le sublime. Le premier degré de plaisir esthétique se définit par l’harmonie des proportions, un sentiment de plénitude, d’objet fini. C’est le beau. Le second, l’es- thétique du sublime, caractérise l’objet démesuré, tourmenté qui crée néanmoins une attractivité fascinante sur l’individu. L’objet du sublime est infini, choquant, incompréhensible en un seul coup d’œil. Comparable aux styles classiques et baroques dans leur opposition, ces deux degrés de l’esthétique restent cependant très liés, se retrouvant souvent couplés dans une même œuvre, créant alors une tension très intéressante, par exemple à l’échelle de l’architecture. Comment alors définir le beau et le sublime au sein d’un espace? Existe-t-il toujours une part de sublime dans une architecture qui apparait très clairement comme faisant partie de l’esthétique du beau?

J’ai dans un premier temps avancé que le centre culturel du Born de Barcelone appartenait pleinement à une esthétique du beau kantien, par ses dimensions, ses géométries académiques, sa linéarité, sa finitude certaine. Or, si je me réfère à la comparaison du classique et du baroque en peinture, et l’expérience que j’ai pu faire de l’intérieur de cet espace, je pense pouvoir exprimer une esthétique du beau et du sublime en son sein à travers l’apparence de détails chaotiques dans une architecture classique, régie par des angles droits et une linéarité parfaite. Comme nous pourrions deviner des éléments purs et sereins au cœur d’un espace déconstruit, semblant ne suivre aucune règle. Pour ma part, le site découvert fait partie intégrante de l’architecture. La halle a été ainsi revisitée expressément pour mettre en scène ces ruines et faire, de ce fait, communiquer ces deux mondes. Un équilibre a été pensé afin de révéler les deux éléments sous leur meilleur angle. Je peux donc introduire à présent l’esthétique du sublime qui règne au sein de cette halle historique, et sa division en deux principes. Le premier a été décrit un peu plus haut, par des sensations comme le fouillis, la difficulté de lecture de l’espace. Le second principe qui traduit la part sublime de cette architecture se tourne vers le quantitatif. Par cela j’entends ce qui est montré, et ce qui se dissimule encore sous nos pieds.

La grille de quartier qui a été révélée ne montre qu’une infime partie des ruines. L’imagination commence alors son travail de reconstitution. Qu’y a t-il juste sous mes pas? Un temple oublié, la mai- son du boulanger, une place de marché? Je joue les clairvoyantes en imaginant ce tapis d’Histoire se déployer sous mes pieds. Il n’est pas possible de savoir exactement ce qui se cache encore sous les pavés de la place minérale, sous les fondations de la halle et de tous les bâtiments présents autour d’elle. Ne pas être sûre, ne pas avoir de réponse sur ce qui existe met en lumière tout le sublime de cet espace. L’esthétique du sublime se définit par l’inachevé, le mystère, l’in ni. Le beau est l’expression de la grâce, et non du con it, ni de l’opposition. En revanche, le sublime outrepasse toute limite et conduit le sensible vers le suprasensible, il doit nécessairement rencontrer un absolu qui dépasse le domaine propre de l’esthétique, et se heurter à la représentation impossible de l’inconditionné.

catharsis _ moment de communication

La catharsis signifie purification. C’est un rapport à l’égard des passions, un moyen de les convertir, selon la philosophie artistotelicienne, et notamment suivant la notion d’esthétique. Dans la tragédie grecque, la catharsis apparait au moment où le spectateur s’identifie et comprend de manière empathique la situation du personnage. La dimension catharsique traduit l’idée de normes d’actions. Le spectateur perçoit un sentiment, un comportement à adopter, a n de se mettre dans un certain état. Le centre culturel du Born de Barcelone fut très riche à analyser de ce point de vue, car le moment de communication a été pensé une première fois au XVIIIe siècle et une nouvelle fois en 2002. Si je devais parler de la construction originelle, et selon des lectures et le lien que je fais entre ses dernières et ma visites, je dirais que la halle du Born fut conçu a n de di user au coeur de Barcelone l’idée de puissance, de renouveau, apportée par une mise en avant de l’hygiène et également de la construction avant-gardiste qu’elle représentait à l’époque. En effet, le Born devait imposer le respect, tout en accueillant le quotidien du quartier (le marché de fruits et légumes). Il n’est pas anodin de créer un tel lieu pour une activité qui parait si familière. Pour- tant, la place du Born devient non seulement un lieu de vente et d’achat, mais surtout un véritable espace urbain: circulation, rencontre, pause dans la ville. Des actions banales dans un quartier, repré- sentées par la halle, symbole de renaissance après la guerre de Succession.

Quand je me repense à ce que fut mes premières impressions en entrant dans la halle, je ressens très clairement le désir de créer un espace qui touche presque au sacré, au recueillement. Je ne pénètre pas seulement dans un musée, mais plutôt dans un espace de sérénité. Le réaménagement de la halle tend à mettre en lumière le respect de ce lieu, de ce qu’il contient. Comme j’ai pu le souligner au- paravant, les gens circulent, discutent, vivent en ces lieux, mais le respectent comme s’il s’agissait d’un espace sacré. Les voix se font douces, les pas contrôlés. Le jeu de lumière ainsi que les matériaux au sol jouent ce rôle de protecteur, car tous nous prenons un soin in ni à nous mouvoir et parler. Nous échangeons même avec de parfaits inconnus des regards complices, comme si nous savourions ce moment privilégié ensemble. L’architecture vient comme une pause dans la ville bouillonnante.

Cette halle est bien entendu une invitation au voyage temporel. Nous faisons face à une bribe de passé mise en valeur par la circulation qui se fait en son pourtour. Le fait de mettre le niveau principal surélevé nous suggère intimement de réfléchir sur ce qui fut, ici, il y a 4 siècles, quand le quartier a été détruit. Un certain sentiment de culpabilité m’a tout d’abord frappé. Comment accepter le fait de détruire, de se soulever contre nos semblables? Ces marques de violence indélébiles suintent encore le long des blocs de pierres. Bien sûr, cette mise en scène ne m’accuse pas personnellement, mais tend à nous faire comprendre la puissance de ces actes, de sorte à ce que cela ne se reproduise plus. Ce serait comme si ce spectacle avait pour vocation de mettre en garde les visiteurs: l’homme est capable de créer, comme il est capable de briser. L’architecture récente permet de mettre en avant de manière encore plus forte cette leçon historique. En Espagne, La mise en valeur des fouilles archéologiques est considérée comme un enrichissement et un embellissement de l’espace public. La halle du Born fait partie intégrante de ces monuments de mémoire.

L’un des principes également mis en place pour le centre culturel du Born est un accès optimum pour tous. Les architectes catalans ont mis en place un système afin que les personnes atteintes d’un handicap moteur ou mental puissent profiter pleinement de ces espaces. Cela se retrouve notamment dans les gardes-corps vitrés, mais également tout au long du parcours dans des panneaux informatifs multimédias ou encore avec le mobilier.

Sous nos pieds, les ruines ( Le Born, Centre culturel © Generalitat de Catalunya

Cela peut paraître anodin, mais normaliser le handicap dans l’espace public est une part importante de réflexion pour les architectes. Les circulations entre les espaces et les niveaux ont été optimisées afin de permettre à chacun de déambuler sous la halle très instinctivement. Dédramatiser ces caractéristiques et les inclure pleinement dans la conception architecturale favorise une acceptation de chacun, et, à mon sens, crée un lieu de tolérance et de respect. De plus, la traversée libre de l’espace intérieur et donc à l’exposition principale favorise le sentiment d’accessibilité totale et d’un partage de la culture et de l’art aux visiteurs, ainsi que cette entrée de l’art dans le quotidien du quartier de ceux qui vivent ces lieux chaque jour.

Source image: http://www.lemoniteur.fr/article/barcelone-le-centre-cultu- rel-el-born-une-accessibilite-emblematique-au-patrimoine-archeo- logique-22568443

Des limites à cette analyse esthétique?

La simplicité de l’expérience vécue accentue d’au- tant plus l’e et que cette halle a pu avoir sur moi. La surprise a peut-être étayé le charme sous lequel je suis tombée en entrant dans cet édi ce mais qu’im- porte, ce fut une expérience architecturale très forte qu’il m’a été donné à voir. Grâce à la beauté du lieu dans un premier temps, et dans l’expérience de ce dernier dans un second. Le Born Centro Cultural possède toutes les caractéristiques du “beau” aux premiers abords, à travers ses principes d’harmonie entre les éléments, la clarté avec laquelle elle est produite au sens où rien ne doit être ajouté, ni retiré. L’édifice semble compréhensible dans son intégralité, et son équilibre semble parfait. Néanmoins, son visage sublime rehausse davantage la magie du lieu, laissant dans mon esprit une image de non fini. Un sentiment criant que malgré tout une part de mystère règne et régnera toujours dans cette halle aux airs faussement parfaits. Bien sur, sa géométrie, son parement, tout est placé selon un schéma précis. Cependant, certains éléments modèrent cette architecture, laissant une sensation très ambiguë d’avoir partagé quelque chose d’unique dans cet espace, que je ne pourrai retrouver nulle part ailleurs.

En ce qui concerne les trois moments esthétiques, je dirais que le centre culturel du Born est une expérience de confrontation intéressante. Le lieu relie effectivement deux périodes bien distinctes, et donc la poïesis, l’aisthesis et la catharsis ont été «conçues» selon ces deux périodes historiques: le XVIIIe siècle et le XXIe siècle. Bien que je n’ai pas vécu la halle au moment de sa construction, la force de ce passé est saisissante, et renforce d’autant plus l’effet de la réhabilitation. Cependant, certains espaces n’étant pas ouverts, je n’ai pas visité l’intégralité de la halle. Des espaces au niveau supérieur devaient être intéressants à expérimenter, ce qui me semble quelque peu frustrant après avoir fait l’éloge de cette architecture tout au long de cette description. Cette insatisfaction reste néanmoins la seule ombre à ce tableau architectural, qui reste à mes yeux un exemple intéressant de dialogue architectural avec un patrimoine existant.

Bibliographie

JAUSS, Hans-Robert. Esthétique de la reception, durant son cours à l’université de Constance inti- tulé: La pratique de l’histoire littéraire. éd. par H. Sund et M. Timmermann, Constance, 1979.

JAUSS, Hans-Robert. Petite apologie de l’expe- rience esthétique. Traduit de l’allemand par Claude Maillard, Edition ALLIA, 2007. 80p.

KANT, Emmanuel. Section I de La critique de la faculté de juger. 1790. Flammarion. Flammarion Philosophie, Janvier 2000. 540p.

POUILLON, Fernand. Mémoires d’un architecte. Editions du Seuil, 1ere édition 30 Juin 1968. 481 p.

WOLFFLIN, Heinrich. Principes fondamentaux de l’histoire de l’art. Imago Mundi. G. Monfort, Dé- cembre 2006. 197p.

Internet

http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/ paul-valer y

http://www.lemoniteur.fr/article/barce- lone-le-centre-culturel-el-born-une-accessi- bilite-emblematique-au-patrimoine-archeolo- gique-22568443

http://www.mercatdelborn.org/en/el-born-cultu- ral-center/

http://irbarcelona.fr/musees-de-barcelone/born- centre-cultural/

https://rgi.revues.org/649 (Jauss)

http://www.fernandpouillon.com/fernand_pouil- lon/bibliographie/img_biblio/master_bordeaux.pdf

Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble


Grégoire Chelkoff

Architecte DPLG, Docteur en Urbanisme et Aménagement Professeur (HDR) à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble, Responsable de recherches au CRESSON, UMR Ambiances 1563 Responsable scientifique du site "cartophonies.fr"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search