Tama Art University Library : fluid space

Tama Art University Library : fluid space, Toyo Ito Arch.

Ecrit par Golub Anastasiia, étudiante Master Architecture et culture sensible de l’environnement, 2017, ENSA Grenoble, révisé par Grégoire Chelkoff

Img.1

            Toyo Ito dans son discours “Concerning Fluid Space” avec l’ingénieur Cecil Balmond exprime son approche particulière de la conception. Plusieurs architectes essaient de trouver une nouvelle lecture de la géométrie euclidienne à travers le développement de courbures complexes. Toyo Ito à son tour a une approche qui nous rappelle les expérimentations de la matière de Gaudi. Son concept se rapproche plutôt d’un comportement de la matière et les flux de force qui circulent dans la structure. Notre monde est en changement éternel et les flux de force changent aussi, l’architecture devrait ainsi devenir dynamique.

            “An extremely static space then begins to move and change into a fluid space”1

                Cette approche trouve sa place dans le projet de Tamabi et sa spatialité est continue. Il n’y a ici aucun espace explicitement défini, la circulation entre les arches est conçue comme libre et fluide. Ces flux apparaissent déjà de l’extérieur de l’édifice, lui-même en continuum avec la ville. La spatialité fait écho aux dynamiques changeantes de notre monde. La distinction entre dedans et dehors disparaît, alors la bibliothèque devient une tentative de créer un milieu où l’intérieur “n’existe pas”. La compréhension de la logique intégrée dans le projet nous aide à découvrir comment la structure change sous les contraintes du site, le comportement de la matière et du programme du projet. Ce projet devient ainsi une démonstration d’un “Fluid space”.

1. Conversation entre Cecil Balmond et Toyo Ito «Concerning Fluid Space»

Img.2

“I wanted to transform Mies’s flat floor and soften the rigid near-perfection of his grid system. … Not to destroy Mies’s space or oppose it but simply to try to shift it into a different orientation – a nudge toward what I now call the “emergent grid”.1

Dans le projet de Tama Art Library, Toyo Ito essaye de faire évoluer la grille rigide moderniste en grille irrégulière. D’après lui, une telle déformation dans le plan porte l’idée de fluidité et permet de créer une géométrie “dynamique”.

Poïétique du projet

 La recherche de fluidité et de légèreté spatiale, tout comme la pureté des surfaces, se transforme presque en une abstraction et singularise sa démarche personnelle. La recherche de continuité totale dans le bâtiment lui conduit à perforer la matière et de l’amincir. Dans le projet de Tamabi, la collaboration avec les ingénieurs a permis aux parois intelligibles de se détacher des ruptures intérieures/ extérieures et de créer un espace qui se veut plus continu.

 La première proposition fut d’enterrer le bâtiment et de créer un “jardin-sculpture” au niveau du sol. Cependant, étant limité par les infrastructures souterraines peu profondes sous les sols de l’entrée du campus, les contraintes ont donc poussé a faire émerger l’édifice architectural de la terre. Une partie du bâtiment de cette hypothèse fut toujours d’être enterrée, mais la structure comprenant les arches a commencé à prendre place dans le projet. La courbure des deux façades fut donc produite par la volonté de créer une place d’une part et d’augmenter la surface du parc dans un second temps.

 Initialement, la structure s’élevait et s’ouvrait vers le ciel comme celui utilisé dans “Meiso no Mori” Municipal Funeral Hall conçu par Ito lui-même.

Avec le temps, cette idée a fait évoluer les colonnes et les têtes de colonnes vers un système a quatre nervures dans les deux directions perpendiculaires. Elles viennent s’adapter à l’emprise de la grille déformée et forment finalement ces arches continues.

 Au premier regard cette structure fait appel à l’architecture romaine, mais cette utilisation se réfère explicitement à l’image de la caverne. Le seuil entre intérieur et extérieur est donc limité voire effacé par la transparence des façades et amplifie cette perception d’un volume vide. L’utilisation des arches articule l’espace du vide. Cette ambiguïté renforce l’homogénéité de l’espace et le rend presque monochrome. Ses limites disparaissent et le bâtiment semble s’étaler de la même façon de tous les côtés. Ce “fluid space” devient alors espace réel et se développe librement à travers l’édifice et dépasse même ses propres limites.

1. Toyo Ito «Tarzans in the media

forest» p.163-164

Img.3

Img.4

Img.5

Img.6

“The membrane needs to be soft and flexible.

Rather than being rigid and dense like a wall, architecture as epidermis must be pliant and supple like our skin and be able to exchange information with the world outside.”2 Les arches ont une portée allant de 1,6 a 16 mètres et ont pourtant  une épaisseur fine de 20 centimètres formées par des plaques d’acier recouvertes de béton. L’utilisation d’une unique matière réalisée en intérieur et extérieur apporte de plus une certaine homogénéité du bâtiment architectural.

 La délicatesse des parois et leur porosité consistent donc a révéler les liens permanents entre l’espace de la bibliothèque et l’environnement naturel extérieur. L’articulation de l’opacité, la coupure et le recadrage donnent ainsi la possibilité de redéfinir l’environnement avec lequel interagit l’intérieur.

                  “An ideally comfortable relationship is formed between a human being and nature as there is no boundary between inside and outside.”3

Afin de s’affranchir des barrières entre l’extérieur et l’intérieur et créer un espace plus continu, les fenêtres ont été légèrement reculées par rapport à la structure de la façade. Au premier regard, nous ne voyons pas la courbure des fenêtres. 

 Le premier niveau de la bibliothèque recrée la pente naturelle du site comme en écho au principe qui dominait l’architecture traditionnelle japonais consistant à “respecter la nature et la suivre”.

 Le volume des colonnes s’épanouisse dans les courbures des arches à partir des points porteurs de la grille. Ainsi, les formes cylindriques et rectangulaires des dispositifs viennent se détacher pour créer une continuité et structurer le plan courant des zones. Cet impact est important au premier niveau quant à la disposition imposée et son escalier reliant les deux niveaux a été implanté dans cette même grille. Au deuxième niveau, la grille fut modifiée et induite par la nécessité d’installer plusieurs rayons de tables. Au nord, la coupure de poteaux détermine l’amplification par deux de la portée des arches du premier niveau et ici nous voyons un programme pensé en lien avec l’élaboration des dispositifs. 

 Au premier regard, le bâtiment de Tamabi nous décrit un édifice dépourvu de centre, mais après les études des plans, nous pouvons définir trois centralités autour desquels l’espace s’organise. Cet effet fut augmenté par la disposition de tout le mobilier. Toyo Ito apporte donc dans sa conception cette approche complexe des dispositifs tout en conservant la subtilité dans le travail des espaces.  L’organisation de l’espace donne ainsi naissance à une organisation spatiale auxquels les modifications et le travail des motifs se dessinent directement en lien avec le programme. Pour Toyo Ito’ la conception se définit comme la croissance d’un arbre où, à partir d’une branche, les autres idées évoluent. Selon l’architecte cette approche permet donc de créer une géométrie “dynamique”. C’est par ailleurs ce que nous pouvons observer dans le cheminement du projet de Tamabi.

Toyo Ito «Tarzans in the media forest» p.124

Img.7

  • Toyo Ito «Tarzans in the media forest» p.124

Img.8

Img.9

Expérience esthétique

 “Le rôle de l’espace apparaît clairement dans la notion de paysage, que je définirai comme l’expression sensible de la relation d’un sujet, individuel ou collectif, à l’espace et à la nature”4

 Lors de l’entrée sur ce campus, c’est cette bibliothèque qui attire le regard et se dresse. Sa structure légère permet alors une transparence importante de la nature environnante dans l’édifice et la réfléchie pour se fondre dans le paysage environnant. Il n’est plus alors un édifice architectural qui se contemple en tant que sculpture mais un miroir extérieur du site.

 “La nature est en changement éternel”5 et Toyo Ito cherche ici a révéler la nature et la mettre en valeur. Les façades deviennent juste un obstacle éphémère, une toile pour les jeux d’ombres et de lumière.

 En effet dans sa matérialité, le bâtiment aborde un visage s’opposant aux traditions. Toyo Ito a, dans ce cas précis, voulu utiliser le béton au lieu des matériaux japonais. Contrairement à la puissance et l’imposant poids du béton traditionnel, Ito utilise ici ce matériau avec une finesse et une attention particulière du détail. C’est ce qui nous offre ainsi “l’idée la plus vive de l’élégance et de la beauté”.6

 Très légères, ces parois translucides ne constituent qu’un filtre relatif. Les espaces “intimes” ne sont alors guère intimes au regard de leur exposition aux espaces extérieurs.

 L’organisation en chaos du plan de voûte du bâtiment nous projette alors dans un univers particulier et unique ou les vues varient du proche au lointain. Nous avons l’impression d’être dans une forêt ou une grotte, où chaque élément est unique et où toutes ces irrégularités et déviations nous donnent cette lecture harmonique de l’ensemble. Comme une métaphore des jardin japonais ou l’homme viendrait “dresser des pierres”.7

 La caractéristique principale des espaces ainsi créés se tient dans le fait qu’ils ne sont pas statiques mais se déploient dans la durée. Chaque espace peut donc recevoir des fonctions différentes en divers moments de la journée. De plus, chaque trajet devient un parcours qui mène à un but précis, Ito met alors en forme en sorte de ritualisation des usages, une mise en scène de ces trajets implicites.

Img.10

4. Augustin Berque «Le sauvage et l’artifice», p.154

Img.11

5 Toyo Ito «Force of nature»

Img.12

  • Edmund Burke «Recherche philosophique sur l’origine de nos idees du sublime et du beau», p.158 Img.13
  • Augustin Berque «Le sauvage et l’artifice», p.194

L’effet de semi-obscurité de la “cave” au premier niveau, en opposition avec la luminosité du deuxième niveau de la bibliothèque, est comme une métaphore pour le processus d’apprentissage et de l’éclaircissement. Elle provient des principes bouddhistes d’apprentissage menant l’individu vers la lumière et donc la connaissance. Cette technique de réalisation liant bibliothèque et lumière n’est pas uniquement réalisé par Ito mais par Henri Labrouste, architecte français du XIXe siècle ayant réalisé les bibliothèques de Sainte-Geneviève et du Sénat à Paris. Le séquençage de l’ombre à la lumière est un principe utilisé dans la réalisation des bibliothèques parisiennes conçues au XIXe siècle. Henri Labrouste a ainsi théorisé sans le vouloir l’art de concevoir les bibliothèques en alliant modernité des matériaux et des techniques tout en spiritualisant l’accès aux livres et ainsi donc, la connaissance.

Par le séquençage de la lumière jusqu’à la salle de lecture, il met en architecture l’accès aux livres et à la connaissance.  “C’est une chose de rendre une idée claire, et une autre de la rendre propre à toucher l’imagination”8

 Dans la salle de lecture du premier niveau, la lumière douce du jour, elle, adoucie par les tentures blanches est fusionnée avec l’éclairage artificiel diffus. Elle produit ainsi ces ombres satinées qui modifient la forme angulaire des colonnes. Cette lumière nous distrait donc de la source et nous fait observer le volume redessiné par cette lumière. Les figures des arbres disparaissant et laisse apparaître une atmosphère du jour gris et sombre. Les espaces semblent donc plus intimes malgré les ouvertures immenses. C’est cette ambiance qui nous permet de pousser notre imagination hors des limites physiques de l’édifice et ouvre ainsi sur cette image du silence.

 La réalisation d’un édifice où le béton agit en structure et en finition a permis à l’architecte de transmettre une leçon sur le traitement des matériaux. Le visiteur a donc cette envie de “toucher” le matériau, réalisant son affordance tactile, comme pour l’apprivoiser et comprendre son impact.  Les variations lumineuses colorées du béton au fil des heures transportent le visiteur dans un univers toujours mouvant.

 “Ils se mêlent de telle manière, ils s’allient par des dégradations si insensibles qu’on ne saurait en fixer les bornes.”9

     Les ouvertures laissant place à la vue au deuxième niveau, s’ouvrent sur le paysage qui est réfléchi par les surfaces du mobilier. Elles renforcent donc cette idée d’immersion du bâtiment dans la végétation et offrent même une impression qu’elle pénètre dans le bâtiment.

 L’introduction des dispositifs homogènes nous montre une continuité de l’objet architectural et de son fonctionnement.

Img.14

  • Edmund Burke «Recherche philosophique sur l’origine de nos

idees du sublime et du beau», p.101 Img15

Img.16

  • Edmund Burke «Recherche philosophique sur l’origine de nos idees du sublime et du beau», p.159

Img.17

La contrainte programmatique vient alors nourrir la lisibilité de l’espace recherché par l’architecte et lui offre ainsi une nouvelle lecture.

 L’arrangement des étagères produit non seulement une articulation d’espace mais aussi une continuité de ces derniers.  Nous pouvons dire que l’espace généré est un “entre-deux” où prennent place l’exploration constante de modulation et la continuité de la structure.

Le système d’articulation produit ainsi différentes expériences collectives ou individuelles uniques ne rappelant en rien à la grille régulière cartésienne.

Cartarsis : ambiance sacralisée d’une bibliothèque?

 La vraie nature de Tamabi se dévoile en mouvement. L’entrée dans le bâtiment est marquée par une niche dans la façade principale faisant ressortir la tonalité du béton

monotone. Cette technique reposant sur les ombres devient presque hypnotisant pour le visiteur et donne envie de savoir ce qui se cache derrière cette illusion.  La monumentalité des formes intérieures n’écrase pas, elle ouvre plus encore notre regard sur sa composition et la structure des arches semble se lire comme des nervures de cathédrale Img.18.

Transmet-elle une ambiance sacralisée, presque religieuse au sein de l’édifice ? Nous restons muet devant cette structure splendide. Dans un premier temps, l’espace conçu fait perdre le sens de la distance et de la profondeur qui semble se dérober au fur et à mesure du parcours.

 Lorsque nous réitérons ce mouvement, chaque pas est suivi par un écho surgissant dans le silence de la bibliothèque. Nous avons ainsi une envie de réduire cet impact acoustique et de protéger l’atmosphère silencieuse de la lecture. Img.19

Sans même le savoir, nous sommes déjà impliqués dans le mouvement “scénarisé” de l’édifice. L’articulation des chenaux est comme excave produit par le canal de la rivière et il vient alors cette envie de le suivre pour découvrir l’intégralité du parcours. Spontanément, l’articulation des arches est coupée par les dispositifs amplifiant d’avantage la présence de continuité dans le parcours. De même que l’inclinaison du premier niveau s’intègre dans le parcours initial, elle offre ainsi une manière particulière de traverser l’espace et la galerie d’un seul pas bref.

Au terme d’un escalier en colimaçon provocateur de sensation particulière, nous accédons au deuxième niveau et nous nous libérons des sentiments d’anxiété et d’incertitude induite par l’obscurité du premier niveau.   L’ouverture laisse entrer la lumière et cadre le paysage, ou bien brouille les limites entre le dedans et le dehors en ouvrant largement l’espace sur l’extérieur. Nous cherchons donc à nous cacher derrière le mobilier et nous sommes de nouveau repris dans le mouvement constant du parcours. Ce mouvement continu et particulier nous paraît alors naturel alors que les individus se déplacent en cherchant livres et ouvrages.

La manière avec laquelle Toyo Ito met en valeur le naturel (si important dans l’architecture japonaise) est unique. Cet édifice nous apprend à l’observer et à l’apprécier, ce que nous voyons de moins en moins dans l’architecture occidentale. Ce n’est pas le bâtiment lui-même qui est mis en valeur, mais la nature et nous-mêmes comme partie intégrante d’elle. Cela forme un tout dans la conception de l’architecture. Les changements dans la nature et dans l’univers acquierent ainsi une influence diffuse sur nous.

Bibliographie:

  1. Toyo Ito 2002-2014 The Long-Awaites Publication of The Collected Works of Toyo Ito, Japan
  2. Toyo Ito «Tarzans in the media forest», 2011, London

3. Burke Edmund «Recherche philosophique sur l’origine de nos idees du sublime et du beau», 1990, Paris

4. Berque Augustin «Le sauvage et l’artifice», 1997, Paris 5. Toyo Ito «Force of nature», 2009, Princeton

6. Peter Macapia «Emergent Grid»: A Conversation with Toyo Ito, London

7. Conversation entre Cecil Balmond et Toyo Ito «Concerning Fluid Space», 2006


Grégoire Chelkoff

Architecte DPLG, Docteur en Urbanisme et Aménagement Professeur (HDR) à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble, Responsable de recherches au CRESSON, UMR Ambiances 1563 Responsable scientifique du site "cartophonies.fr"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search