Tous les articles par Grégoire Chelkoff

Architecte DPLG, Docteur en Urbanisme et Aménagement Professeur (HDR) à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble, Responsable de recherches au CRESSON, UMR Ambiances 1563 Responsable scientifique du site "cartophonies.fr"

Pièces d’écoute Ecole d’hiver et Expérimentations organisées à l’ENSAG/CRESSON

Pièces d’écoute : son et architecture

L’école d’hiver 2020 s’est déroulée au CRESSON du 27 au 31 Janvier dans une version renouvelée par rapport aux précédentes éditions. Intitulée pièces d’écoute, cette session a permis de tester des dispositifs spatiaux activés par la diffusion de son par voie aérienne ou solidienne selon les cas. L’expérience et la fabrication ont duré cinq jours. 

La volonté a été lors de cet atelier de reprendre le chantier des «prototypes sonores architecturaux» (recherche terminée en 2003) dans laquelle les notions d’articulation, de limite et d’inclusion comme entrée de travail spatial et sensible avaient été initiées et développées. Cette expérience-exposition est en lien aussi au module de «design sonore de l’espace» avec Théo Marchal en intensif de master l’ENSAG depuis 2017 (cf. article connexe).

Cette session a été placée sous la responsabilité de G. CHELKOFF et coordonnée avec T. MARCHAL (Architecte) et E. BAK (Artiste, professeure de l’Ecole d’art de Metz)

Il s’agit d’expérimenter les dispositifs matériels et spatiaux autant que le matériau sonore diffusé. Ces modalités de travail constituent une manière d’expérimenter des résultats liées aux recherches sur le vécu sonore et celui des ambiances, tout en visant à produire et à inventer des dispositifs spécifiques pour en tester la pertinence et partager cette expérience.

Les « pièces d’écoute » consistent à interroger l’espace d’écoute et le matériau que l’on entend. Une pièce d’écoute est à la fois une installation sonore utilisant les sources réelles et des sources diffusées et un dispositif spatial impliquant l’utilisateur, ses mouvements et ses attitudes. A mi chemin entre exposition et expérimentation, l’idée initiale des pièces est de se référer à des actes ordinaires formants des moments d’ambiance spécifiques. Les trois propositions mises en place correspondent à trois types d’usage ordinaire :

passer à travers un vide aménagé, former une articulation

s’asseoir contre ou sur une surface, créer une inclusion

se pencher au dehors comme sur un balcon, tester un espace limite

Ces catégories de réflexion pouvant prendre sens dans l’expérience mobile quotidienne et renouveler notre appréhension et conception de l’espace construit. Cette expérience utilise les ingrédients d’une conception phonique incluant l’acoustique, le mouvement, les sons et l’espace existant.

L’espace d’exposition mis à disposition par l’ENSAG a été ainsi complètement remodelé durant les 15 jours de l’installation, son ambiance a pris une tournure particulière, intime et en même temps ouverte sur des univers insoupçonnés. 

Trois pièces

La première concerne la façon d’entrer dans un lieu comment entrer dans cet espace d’exposition ? Comment articuler celui-ci et le découpler en même temps d u vaste hall d’acceuil de l’école ? La réponse proposée est un conduit absorbant tactile, un dispositif de « massage » pour reprendre le terme utilisé, autant que de « passage », puisque le corps est poussé vers la paroi molle constituée des ondulations du matériau détourné pour les produire (laine isolante metisse). L’absorption atteint son climax à l’extrémité du conduit avant de pénétrer dans la salle d’exposition. Les voix discrètes diffusées et la lumière ténue donnent un caractère confidentiel au passage à tel point que l’on peut se demander vers quoi cela mène ?

La seconde pièce concernait l’idée de s’asseoir et d’entendre un univers particulier et d’imaginer différentes configurations auditives. Présentant une « inclusion » par le fait que le corps doit entrer dans un volume nous y découvrons certaines sonorités par voie binaurale ou solidienne qui sollicite des mouvements précis du corps ou de la tête. Ainsi, littéralement « tendre l’oreille » contre cette paroi qui vibre pour y coller le tympan et découvrir qu’elle sonne ou encore s’appuyer le dos à une membrane vibrante ou enfin mettre sa tête corps debout dans une colonne creuse pour saisir des sons ténus qui bougent, voici autant de situations révélant les capacités architecturales, les affordances corporelles, mais aussi des univers particuliers produits par les compositeurs sonores qui ont fabriqué une bande son subtile. Notons aussi que nous échappons parfois par cette bande son à l’écoute de type indicielle (portant sur la reconnaissance des sources) qui occupe notre écoute ordinaire au détriment d’une écoute du son lui-même.

Enfin , une troisième pièce exploite une alcôve de l’espace d’exposition initial existant assez peu intéressante et très réverbérante pour « simuler » une ouverture sur un balcon qui donnerait sur le paysage, paysage connoté par les bandes sonores diffusées et l’air d’un ventilateur qui contribue aussi à éveiller l’imaginaire : un bruissement de ville entendu d’en haut ou une longue trame portuaire qui enmène l’auditeur vers l’horizon avec ces grandes fréquences graves. En reculant, le garde corps filtre l’écoute puis le visiteur passe à travers un obstacle absorbant qui l’invite là encore à s’asseoir dos au balcon.

Son et mouvement sont intimement liés par ces dispositifs. D’autre part, interrogeons le sonore en lien à d’autres phénomènes sensoriels, comme la luminosité, l’air ou la tactilité, mais aussi inversement, comment ces sensibilités orientent-elles l’expiante d’écoute ? Ce qui ferait ambiance.

Cette expérimentation à l’échelle du corps en mouvement aide à sentir ces phénomènes qu’on oublie si souvent, lorsque nous nous réfugions dans l’abstraction des théories ou dans les concepts des approches analytiques. Nous pensons que l’architecture fabrique des pièces d’écoute sans le savoir et sans y être attentive. Révéler ces potentiels est notre objectif.

Le second objectif comme dit précédemment est de s’échapper de l’écoute indicielle, centrée sur les produits sonores, celle qui s’intéresse plus à la signification des sources qu’à leur facture et aux formes d’expérience qui animent l’écoute.

En ces temps critiques ne faut-il pas stimuler nos imaginaires et convertir notre attention pour l’amener à envisager les choses autrement ? Ne faut-il pas prendre conscience que nos écoutes sont le résultat de ce que nous produisons ? 

Des critiques peuvent être émises sur l’ensemble de ces expériences. Un public réduit, une expérience qui s’achève à peine terminée, des pièces finalement peu « attirantes » visuellement, faites d’un matériau frustre (osb et laine métisse). Mais précisément comment faire beaucoup avec peu ?

A poursuivre en tout cas pour notre part, quelques soient les difficultés pour passer du stade de la critique qui demeurerait à distance, au stade d’un faire qui ne serait pas uniquement reproducteur mais serait un faire critique.


Le son des villes au temps du covid : coupes sonores temporelles

Un des effets sensibles du confinement est la baisse du niveau sonore et l’apparition d’un champs auditif renouvelé. Le relevé ci dessous publié dans le journal Le monde ( 2 Avril 2020) est éloquent. En prenant en exemple le quartier des Halles à Paris, la baisse du niveau de bruit y est évaluée à près de 21 dB.

Graphe publié dans Le Monde, 02 Avril 2020

Evolution qualitative et enjeux écologiques

Beaucoup ont bien sûr noté l’appropriation du monde sonore urbain par l’avifaune, révélant une nouvelle face paradoxale de l’environnement sonore. Cette émergence est associée à la préfiguration d’une ville qui serait plus « écologique » , moins dominée par les sons routiers et autres sources de bruit industriels et continus et elle pourrait préfigurer ce monde de demain qui pour certains est attendu ; une sorte d’eden sonore.

Mais cette brusque disparition du bruit de fond urbain engendré par la circulation c’est aussi la densité des activités humaines (voix, échanges, etc.) qui décline du fait de l’impossible occupation des espaces publics. A ce titre la publication d’une photo dans une rue d’un quartier à Wuhan (Journal Libération Avril 2020) révèle une toute autre atmosphère urbaine : les habitants coupent la rue notamment par des jeux et autres occupations. La politique de confinement clôturant par quartier laisse semble-t-il les rues de la zone confinée accessibles et on peut y voir des activités publiques.

En fait connaître la baisse quantitative du niveau de bruit ne suffit pas, il nous semble tout intéressant de connaître la composition de « ce qui reste », ce qui compose le temps sonore qui, plus qu’un « paysage » se saisit dans une durée.

Méthode des coupes sonores temporelles : comparer ce qui est entendu depuis nos fenêtres permet de comprendre les situations (physiques, sensibles et sociales) dans lesquelles l’expérience auditive a lieu et vise à extraire et interroger nos critères qualitatifs.

C’est pourquoi une campagne de prises de son faites depuis les fenêtres et balcons que nous habitons a été lancée auprès de mes collègues de laboratoire dès le 30 mars à des heures fixes, puis a été réitérée le 8 avril et le 19 Avril. Ces enregistrements simultanés à des heures fixes d’abord limités à l’après midi ont été étendues à la matinée (8h, 11h, 14h 17h et 20 h). Ces coupes sonores temporelles révèlent ainsi l’évolution de la composition sonore depuis un point d’écoute privilégié que constituent nos fenêtres et balcons.

Ces enregistrement réalisés d’abord en France intègrent le fameux moment de 20 h choisi pour exprimer la reconnaissance envers les personnels de santé. Ce moment est ainsi un révélateur à la fois des formes de manifestation sonore mais aussi des acoustiques locales et des effets des configurations spatiales construites.

appel à enregistrements simultanés au temps du confinement depuis votre fenêtre ou votre balcon

Depuis plusieurs semaines nous vivons une période particulièrement difficile  et tragique avec la pandémie mondiale qui nous touche directement. Cette situation bouleverse à la fois nos perceptions, nos habitudes comme nos certitudes. C’est en même temps une remise en cause radicale et inattendue des modèles sociaux, économiques et spatiaux et la révélation du monde sous des angles insoupçonnés qui peut ouvrir quelques perspectives de réflexion et d’action pour les transformations futures.

L’action proposée vise à constituer un observatoire mondial basé sur le son dont cartophonies.fr est un des outils. Le son est un révélateur important des ambiances pour certains d’entre nous. L’objectif est de comprendre comment nos environnements et les ambiances vécues se modifient sous l’effet des changements créés par le confinement. Or, nous habitons tous en des lieux bien différents, des quartiers particuliers et dans des conditions spécifiques, confinés pour nombre d’entre nous, nous sommes confrontés à vivre les ambiances d’une manière nouvelle.

Nos fenêtres, balcons, loggias et terrasses si l’on en dispose, deviennent un des modes de contact immédiat avec le monde extérieur, celui de nos voisins et de la ville, de même que pour ceux qui habitent en ville, les fenêtres et balcons deviennent des émetteurs remarquables.

Depuis le 30 mars nous déjà avons proposé à nos collègues chercheurs du laboratoire AAU d’effectuer des prises de sons simultanées depuis leur fenêtres ouvertes sur l’extérieur à des jours et à des heures précises pour créer un corpus de saisies coordonné depuis cette interface directe entre nos intérieurs confinés et la ville évidée.

Aussi cet appel s’adresse à vous tous ceux qui s’intéressent à ces phénomènes pour participer à une observation mondiale depuis leurs fenêtres, balcons, loggias et terrasses s’il en dispose là où il habite, en enregistrant 4 minutes 33 secondes de leur environnement sonore à des heures précises (heure locale : 8h, 11h, 14h,17h, 20 h) sur une journée le 19 AVRIL 2020.

La durée de  4 minutes 33 sec. fait référence à John Cage temps durant lequel où un(e) interprète joue en silence pendant quatre minutes et trente-trois secondes, cette durée est en fait constitué de sons de l’environnement que les auditeurs entendent ou créent lorsque le morceau est interprété. Le « silence » est donc un moment d’écoute et nos villes sont devenues durant cette crise une autre matière à écouter.

Tous ces enregistrements pourront être compilés sur le site « cartophonies.fr » à condition d’être :

-géolocalisés gps sous le mode 45.8790 / 7.98789

– format .wav ou équivalent, échantillonnage si possible 48Khz

-joindre une photo ou plusieurs de la situation (pas de vidéo), regardant vers le dehors depuis le l’intérieur

-préciser l’enregistreur et le micro utilisés, éviter les smartphones non stéréophoniques

-donner l’emplacement du micro (hauteur, position par rapport à la fenêtre ou au balcon, à la façade)

-consigner une courte observation précisant le moment vécu et les différences remarquables avec la situation avant cette crise (usages, composition sonore, lien avec d’autres sens, météo du moment,…)

Vous pouvez consulter le site www.cartophonies.fr pour regarder comment déposer un son et quels sont les renseignements demandés.

Pour déposer un son il doit disposer d’une adresse url, sinon vous pouvez les envoyer en précisant dans le nom de fichier votre nom et l’heure d’enregistrement à :

cressonwinterschool@grenoble.archi.fr

Bien à vous tous,

Grégoire Chelkoff

Proesseur ENSAG / Chercheur CRESSON AAU

Dear members of the ambiance network,

Simultaneous recordings from our windows and balconies

For several weeks now we have been living through a particularly difficult and tragic period with the global pandemic that is directly affecting us. This situation is upsetting our perceptions, our habits and our certainties. It is at the same time a radical and unexpected questioning of social, economic and spatial models and the revelation of the world from unsuspected angles that may open up some perspectives for reflection and action for future transformations.

The action proposed aims to set up a world observatory based on sound, of which cartophonies.fr is one of the tools. Sound is an important revealer of moods for some of us. The objective is to understand how our environments and the ambiences we experience change as a result of changes brought about by confinement. However, we all live in very different places, in particular neighbourhoods and under specific conditions, confined for many of us, we are confronted with living the ambiences in a new way.

Our windows, balconies, loggias and terraces, if we have them, become one of the modes of immediate contact with the outside world, that of our neighbours and of the city, just as for those who live in the city, windows and balconies become remarkable transmitters.

Since March 30 we have already proposed to our fellow researchers in the AAU laboratory to make simultaneous sound recordings from their windows open to the outside on specific days and at specific times to create a coordinated corpus of recordings from this direct interface between our confined interiors and the hollow city.

Therefore this call is addressed to all of you who are interested in these phenomena to participate in a global observation from their windows, balconies, loggias and terraces if they have them where they live, by recording 4 minutes 33 seconds of their sound environment at precise times (local time: 8am, 11am, 2pm, 5pm, 8pm) over one day on APRIL 19, 2020.

The duration of 4 minutes 33 seconds refers to John Cage time during which a performer plays in silence for four minutes and thirty-three seconds, this duration is actually made up of sounds from the environment that the listeners hear or create when the piece is performed. Silence » is therefore a moment of listening, and our cities have become a different kind of listening material during this crisis.

All these recordings can be compiled on the « cartophonies.fr » website provided that they are :

-geolocated gps under the mode 45.8790 / 7.98789

– .wav format or equivalent, sampling if possible 48Khz

-attach one or more photos of the situation (no video), looking out from the inside

-precise the recorder and microphone used, avoid non-stereophonic smartphones

-give the location of the microphone (height, position in relation to the window or balcony, facade)

-Record a short observation specifying the moment experienced and the remarkable differences with the situation before this crisis (customs, sound composition, link with other senses, weather of the moment, …).

You can go to www.cartophonies.fr to see how to file a sound and what information is required.

To deposit a sound it must have a url address, otherwise you can send them by specifying in the filename your name and the recording time to :

cressonwinterschool@grenoble.archi.fr

Yours sincerely, hope you are well

Grégoire Chelkoff

ENSAG Professor / Researcher CRESSON AAU

Pièces d’écoute

Du 27 au 31 Janvier 2020 s’est déroulée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, la 8ème édition de l’Ecole d’Hiver cresson sous la direction de Grégoire Chelkoff, avec Théo Marchal (Doctorant, Architecte DE) et la participation d’Eléonore Bak (plasticienne, artiste sonore, enseignante à l’école supérieure d’art de Lorraine, invitée)

Cette année nous avons intitulé la session « Pièces d’écoute : experimentation, exposition, interactions sensorielles » et nous l’avons placée pour la première fois sous le signe de l’expérimentation à la fois spatiale et sonore. Elle visait ainsi à réaliser un prototype à échelle du corps en mouvement permettant d’expérimenter des espaces d’écoute associant ce qu’on écoute et le lieu où l’on écoute.

L’invitation  exceptionnelle de  David HOWES, professeur d’anthropologie à Concordia University de Montreal, Directeur du Concordia Sensorial Research Team (CONSERT), a permis aussi de dialoguer avec cet éminent représentant d’une anthropologie sensible (sensory anthropology) et de faire une sensory ramble dans le quartier de la Villeneuve qui jouxte l’Ecole.

L’école d’hiver du cresson, organisée dans le cadre de la Semaine Internationale du Son prend la forme d’une semaine d’atelier théorique et pratique pour introduire et explorer les méthodes et productions associées à l’environnement sonore par l’expérimentation spatiale et architecturale. Elle s’adresse aux étudiants, enseignants, chercheurs, décideurs, architectes, artistes, urbanistes, sociologues, preneurs de sons… & à toute personne s’intéressant au son et à l’environnement sensible. Cette année outre les architectes, des gens sont venus de formation différente (design sonore, compositeur, metteur en scène, artiste, musicien) ou ayant une formation dans deux de ces champs à la fois, ce qui a été une grande richesse.

Trois « pièces d’écoute » ont été réalisées et sont visitables à l’ENSA de Grenoble jusqu’au 14 Février 2020.

 

Espaces seuils

pieces poble nou« L’antichambre »

Pièce semi circulaire qui fait office d’espace intermédiaire entre le cimetière de Poble Nou et la ville. Entouré de grilles, fermé le soir, certains piétons, pour raccourcir leur parcours semble-t-il, passent par ce lieu définissant les abords de l’entrée du cimetière. Les marques sonores, la lumière naturelle filtrée, la rupture de déplacement due à la différence de niveau, l’entourage par la grille massive de métal, spécifient la modification de l’ambiance au passage de cet espace formant seuil entre la rue et l' »antichambre ».

DSCN2071 DSCN2075 DSCN2086 DSCN2093

Sky Spotting Stop – for the 2013 Young Architects Program (YAP) at Istanbul Modern in Turkey

Lumière, mouvement, usages

 

Though temporarily postponed due to the Gezi Park protests, SO? Architecture and Ideas has celebrated the opening of their winning entry – Sky Spotting Stop – for the 2013 Young Architects Program (YAP) at Istanbul Modern in Turkey. Offering refuge from the historic city’s busy streets, the fragmented canopy of reflective circular discs invites visitors to “sit, rest, gather, play, or skyspot” while overlooking the mouth of the Bosphorus.

video

Méthodes mises en oeuvre : parcours, syntagmes et paradigmes

Le choix des sites étudiés dans le cadre de notre axe de recherche au sein de l’ANR (MUSE, 2013-2014 – CRESSON) a été fait au regard des paradoxes d’ambiances que portent ces terrains du fait de la juxtaposition de fonctions et d’espaces très différents et des nécessaires articulations ou inarticulations entre eux.

Les deux cas, autour des cimetières et espaces public de La Défense et Poble Nou (Barcelone) présentent une situation urbaine particulièrement intéressante du point de vue du côtoiement des lieux : le site parisien présente une traversée en surplomb visuel  des cimetières (la « jetée ») alors que le site barcelonais présente une situation de contournement d’un haut mur fait obstacle. Dans les deux cas, la forte présence d’axes routiers majeurs est un point commun ainsi que la présence de parties végétales. Le développement des affaires du côté de La Défense et le développement touristique à Barcelone caractérisent les dominantes d’ambiances et d’usages dans chaque cas.

Un important corpus de video, sons et photographies devait nous permettre de faire ressortir les enjeux relatifs à l’espace et aux usages concernant les limites, les seuils et les articulations entre les différentes polarités et temporalités des sites. Les rencontres, souvent fortuites, avec certains passants ou acteurs du site ont aussi donné accès à des observations de leur part. Mais d’une manière générale, la position de recherche  est d’adopter une posture de « découverte » qui est propre à celle que l’on ressent lorsqu’on est étranger à un site que l’on approche alors en novice et dont on cherche précisément à saisir les arcanes. Moins qu’expliquer et de juger les phénomènes mis à jour il s’agit d’en rendre compte pour interroger, sans préconceptions, les qualités sensibles de la ville contemporaine en train de se faire. Il s’agit donc de saisir les traits d’ambiance caractérisant les mobilités et les stases propres aux pratiques individuelles et collectives de l’espace public.

Les enregistrements vidéographiques, photographiques et sonores ont été menés de manière générale soit en « suivant » des passants  afin d’emprunter les mêmes trajectoires, soit en « refaisant » ces trajectoires de manière à saisir les ambiances traversées. Dans les deux cas nous avons constitué un matériau abondant, exploratoire et c’est à partir de ces fragments que nous tentons d’illustrer des phénomènes qui relèvent des différentes catégories  (imparfaites et difficiles à tenir) sous lesquelles nous avons regrouper ces observables et qui structurent ainsi quelque peu cette parti du blog.

L’ approche in situ a suivi une logique de parcours qui peut être dite « syntagmatique » dans la mesure ou le mouvement, le sens et la direction du passant et de l’expérimentateur-chercheur suit une trajectoire dynamique faite d’enchainements, de rythmes et de ruptures dans le mouvement, le son et la luminosité ou même le climat qui constitue des moments seuils, des passages et articulations parfois très signifiantes ou différenciateurs.

A cette approche dynamique et successive propre à l’expérience ordinaire des lieux vient se superposer une approche qu’on peut dire paradigmatique car elle vise à saisir des unités de milieu ambiant caractérisant certaines parties de ces parcours. Ainsi on dira que certaines unités d’ambiance sont des paradigmes dans la mesure où elles font sens à part entière. Elles peuvent donner lieu notamment à une durée de perception et d’expérience permettant d’incorporer durablement une ambiance. Les limites entre ces ambiances « paradigmatiques » sont précisément l’enjeu que peuvent présenter l’organisation des seuils et limites qui les définissent à leurs abords.

Seuils

Cet axe de recherche interroge la valeur et la pertinence de la notion de seuil pour saisir les qualités de mobilité urbaine dans l’espace et les ambiances contemporains.

Au regard des transformations urbaines récentes, on peut dire que la perte des « intervalles » selon Gilo Dorfles (2) est une des critiques majeures de l’époque contemporaine, « les limites s’estompent » selon Habermas (3) en matière d’espace urbain, la transparence crée des paradoxes sensibles selon Sennett et l’absence d’obstacle nuirait à l’espace public. Un des effets notoires de ce qu’on pourrait appeler la mondialisation urbanistique serait la fluidité généralisée et sécurisée (4) pour une rapidité accrue de la mobilité, la perte de certains rituels de passage marqués par l’espace, l’uniformisation des ambiances due à un formatage économique voire touristique (5), la création de « non lieux » d’après Augé (6), de ville sans lieu ni bornes selon M. Webber (7), de junkspaces et de bigness selon R. Koolhaas (8) ; ces constats interrogent le statut et la consistance des interfaces et des seuils qui articulent l’expérience mobile du piéton. Un régime de continuité généralisée, autant spatial qu’ambiantal, semble se profiler à l’horizon des villes tout en instaurant des ruptures majeures (piéton/voiture).

Compte tenu de ces rapides considérations nous avons voulu observer des fragments de la ville contemporaine afin de mieux cerner les enjeux et la consistance sensible de la notion de seuil.

La nature des seuils de la ville contemporaine aurait alors fortement changé du fait de l’émergence d’un espace d’apparence accessible où la fluidité est de mise, accompagnée par un travail parfois soigné des sols et des topographies continues. Toutefois aux seuils marqués par des espaces subtils de franchissement délimitant l’accessibilité à des propriétés privées ou publiques se substitueraient des portes fermées et des caméras de surveillance mais aussi des ruptures et des négations (9). Les « antichambres » (10) articulant les moments de la vie urbaine disparaitraient au profit d’interfaces sans épaisseur (la barrière) et de continuité temporelle, ou se déplacent vers d’autres enjeux. Bref, les seuils urbains que nous cherchons à identifier, expression qui transporte cette notion d’origine plutôt domestique vers le domaine de la ville, changent de nature et de sens et sont aussi à interroger sous l’angle des ambiances. Nous nous demandons comment les saisir et vérifier s’ils présentent une quelconque validité opératoire dans la vie urbaine de tous les jours, dans la conception et à quelles échelles il est judicieux de les appréhender.

La notion de seuil présente un intérêt particulier en ce qu’elle interpelle à la fois la mobilité (franchissement d’interfaces) et la stase (se tenir aux limites, entre deux milieux) et désigne en termes d’aménagement spatial à la fois le passage et la séparation, lieu de mise en relation entre deux entités. En termes d’ambiance, on est amené à interroger ce qu’il convient d’appeler les seuils de perception et d’action (lumineux, sonore, climatique, kinésique), à partir desquels des différenciations spatiales, temporelles et sociales s’établissent et opèrent dans des stratégies d’usage. La notion de seuil est donc abordée au double sens qu’elle porte : pièce intermédiaire située entre deux milieux au sens spatial et matériel et détection d’un changement quantitatif ou qualitatif dans la perception, seuil ambiant se déclinant dans le temps. L’expérience de la ville se profile à travers ces seuils d’ambiance qui mettent en jeu à la fois perception et action.

Des régimes sensibles de mobilité

On fait l’hypothèse que la relation ambiantale à la ville dans laquelle le citadin se meut, ou le style de relation au contexte urbain, s’exprime dans et par la mobilité déployée par les publics. Elle opère à travers ce qu’on appelle des régimes sensibles de mobilité apparents (visibles, audibles). Les seuils de différenciation des milieux activent pour partie ces régimes sensibles.

Nous entendons identifier les dispositifs formant seuils entre des pratiques de mobilité différenciées. Les seuils sont à ce titre des passeurs d’ambiance, voire des révélateurs dans la mesure où ils sédimentent des passages entre des unités d’ambiance particularisées par des modalités de mobilité spécifiques. Dans cette perspective, les seuils ouvrent la possibilité au passant de se tenir dans une ambiance ou dans une autre, voire de l’investir et de la marquer d’une pratique mobile sédimentée par des gestes, un rythme, une expression.

Une certaine homogénéisation des ambiances oblitère peut être les possibilités de choix et, de fait, démobilise la mobilité, la rend purement fonctionnelle, la situe en terme de déplacement, alors qu’elle est aussi expression et ressenti.

La notion de seuil nous permet d’interroger les espaces contemporains au regard de leurs potentialités d’articulation qui sont fortement sollicitées par la juxtaposition d’espaces très hétérogènes et contrastés. Alors que les espaces sont de plus en plus pensés et créés dans la perspective de la fluidité, en vue d’augmenter le degré apparent de mobilité, et en multipliant les « accessoires de la connexion », nous interrogeons les capacités de ralentissement, voire de pause, et plus globalement les variations et changements de régimes de mobilité qui caractérisent l’expérience urbaine de citadins aux intentions diverses.

 

 

 

Notes :

1 Olivier Mongin, La condition urbaine : « L’expérience urbaine se caractérise par sa capacité à produire des milieux sous tension des zones de friction. Cette expérience spécifique valorise les seuils et les espaces qui mettent en relation un intérieur et un extérieur. »

2 Dorfles, G. (1985). L’intervalle perdu. Paris, Lib. des Méridiens

3 Habermas, J. (1978). L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

4 Ce que le dispositif de la dalle piétonne de La Défense illustre littéralement.

5 Le cas de la promenade littorale de Barcelone le montre bien.

6 Augé, M. (1992). Non Lieux. Paris, Seuil.

7 Webber, M. (1996). L’urbain sans lieu ni bornes. Paris, Ed. de l’Aube (1ère ed. Philadelphie, 1964).

8 Koolhaas R. (2011). Junkspace – Repenser radicalement l’espace urbain. Payot, Paris.

9 Comme par exemple la construction de l’infrastructure au devant de l’ancienne porte du cimetière de Puteaux.

10 C’est ainsi que nous appelons la pièce ouverte qui sépare et relie l’entrée du cimetière de Poble Nou au contexte urbain environnant.

 

 

Les transformations de Poble Nou au moment des aménagements Olympiques

Les aménagements de Poble Nou  s’inscrivent dans un mouvement général de reconquête urbaine : « Partout en Espagne, les rues et les places, perçues durant le franquisme comme les endroits de la peur, deviennent la scène privilégiée de retrouvailles communautaires. Elles sont également les lieux où les villes peuvent réaffirmer leur identité en se démarquant de la politique centralisée précédente. Enfin, les élus comprennent vite que l’aménagement de tels espaces est électoralement payant. Dans un tel contexte, il s’agit bien évidemment d’espaces très formalisés, cherchant à s’opposer au caractère chaotique des sites qui les entourent et faisant appel à l’histoire et à la mémoire locale. On construit ainsi plaças majores et promenades avec l’illusion que le recours au passé devrait suffit pour conférer du sens à ces nouveaux espaces. Les villes vont profiter du moindre coin vide pour générer un nouvel espace dans les tissus urbains anciens et les espaces publics sont au cœur des nouveaux programmes. » (François Mancebo : Stratégies barcelonaises : reconfigurer la ville entre projets urbains partiels et urbanisme de grands événements : halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/…/Article_Mancebo_Quebec.doc‎)

A Barcelone, l’espace public devient ainsi « un élément essentiel dans la conception des projets urbains, avec notamment l’aménagement de 200 hectares de nouveaux parcs et jardins entre 1982 et 1992, ainsi que nombre de promenades, particulièrement près du vieux port. Dans un premier temps, les espaces publics sont petits, répartis sans structure d’ensemble préalable plutôt dans les aires centrales. Ce sont des espaces sont très travaillés, minéraux avec un recours à la création d’enceintes pour les qualifier. Ils se situent dans les vides disponibles, facilement aménageables pour répondre aux demandes immédiates des habitants et à des usages variés. L’idée est de privilégier une multitude de micro-actions concrètes qui sont supposées former à terme des noyaux de régénération. Puis, les emprises des projets deviennent plus importantes et se déplacent vers les périphéries. »  (François Mancebo : Stratégies barcelonaises : reconfigurer la ville entre projets urbains partiels et urbanisme de grands événements : halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/…/Article_Mancebo_Quebec.doc‎).

 

La reconquête du littoral au moment des jeux olympiques (1992) à Barcelone est l’occasion d’absorber les infrastructures  et de redessiner la côte jusqu’alors occupée par les industries. La côte littorale avant aménagement :

littoralPNouavtamngt copie

Sur le plan dessiné ci dessous (non réalisé) , si on le compare à la photo de maquette plus bas (aménagement réalisé) on voit que tout un front bâti s’alignait à la place des espaces de sport actuels, et qu’il était prévu aussi sur la partie arrière du cimetière, de remplacer les bâtiments existants par un jardin.

planColoréAmngtInitialPNou copie

 

L’avenue Icaria se place dans l’axe du cimetière de Poble Nou.

Sans titre-1

 

 

Evolutions du site autour du cimetière de Nanterre La Défense

 

Les études que nous avons faites in situ ont déjà un statut d’archives.
Le site va évoluer radicalement courant 2014. Le cimetière sera de plus en plus « enfoncé » dans le site bâti avec la construction du stade « Arena 92 », enmarchements au noveau du sol rejoignat le jardin sous la jetée, suppression de l’escalier métallique provisoire, la jetée aura un escalier définitif à son extrémité, elle sera flanquée de bâtiments et sera condamnée le temps du chantier.
à suivre

Poble Nou : articulations dans la douceur des pentes

Les pentes qui aboutissent au sommet organisent des seuils de perception. En même temps que l’horizon apparaît progressivement à l’oeil du marcheur, l’environnement sonore devient d’un coup plus perméable en s’ouvrant au trafic routier le long du littoral, l’échelle de la perception, de l’environnement comme d’autrui, change, faisant passer rapidement d’une ambiance à une autre.

Ecoute du fragment sonore :

Vue de la montée vers l’horizon littoral :

DSCN2128

Descente vers la ville

DSCN2118

 

 

 

Au seuil de la nuit : la perception transformée

Peu avant que la nuit gagne et que l’éclairage artificiel prenne le relai, l’expression « entre chien et loup » explicite bien ce seuil de passage si subtil entre la vision du mode diurne au mode nocturne. La luminosité et les couleurs se transforment, le paysage urbain se révèle sous un nouvel aspect, les passants deviennent des silhouettes avec le crayons rasants de la lumière, moment de suspension, voire de contemplation possible, ici mis en jeu par le point de vue dominant sur le cimetière qui devient une masse sombre.

IMG_2334

 

 

Pratiques photographiques dans les étranges reflets du soir qui enveloppent le lieu mais ne durent qu’un instant

IMG_2333

Jeux de seuils

Les joueurs de boules regardés par des passants sur la jetée
Les joueurs de boules regardés par des passants sur la jetée

Différentes situations entre le dessus et le dessous de la jetée. Le dessous de la jetée est utilisé entre midi et deux par les « joueurs » (terrain de boules, jeu de bois).

A l’homogénéité apparente de l’expérience spatiale se superposent les marqueurs sonores des lieux qui en structurent l’expérience dynamique : sons des pas sur le sol en bois de la jetée, l’escalier métallique tonitruant lorsqu’il est emprunté par les passants, les voix des joueurs en contrebas et les chocs entre les pièces du jeu,…Puis en se déplaçant un peu plus vers le cimetière, un calme prend place et offre un retrait auditif par rapport à tout le milieu alentour.

L’arche comme seuil auditif

L’arche, pensée à l’image d’une porte ouverte, fonctionne comme telle lorsqu’on la traverse.  Mais à la façon d’un «col», le piéton s’élève, passe un sommet et redescend de l’autre côté.  L’articulation kinésique et altimétrique est aussi sensible par le son :  au fur et à mesure que le passant monte, la réverbération du toit de l’arche se fait sentir, puis les flux routiers en contrebas envahissent peu à peu l’expérience auditive isolant le marcheur dans le milieu routier.

En sens inverse, venant de la jetée et des cimetières, le piéton franchit le bruit routier,pénètre petit à petit la sphère vocale qui se déploie côté esplanade lorsqu’il vient du monde opposé.

Ecoute de ce trajet  :  En venant du côté du cimetière : on entend d’abord les pas sur le revêtement de bois, puis avec le changement de sol (passage à des dalles sur plots), ils disparaissent, le fond sonore est constitué d’oiseaux lointains, d’une « brume sonore » indifférenciée composée du fond urbain, d’un avion et de quelques cris réverbérés lointains, au fur et à mesure que l’on monte les escaliers de l’arche côté ouest, le son routier semble monter aussi, des chocs entre câbles des ascenseurs produisent des sons étranges lorsqu’on parvient au « sommet », puis petit à petit émergent des voix et la composition se modifie graduellement, l’articulation se fait en douceur, d’abord réverbérées les voix forment petit à petit  une enveloppe de plus en plus imergente, le fond initial est absorbé dans cette enveloppe vocale de proximité, le lointain disparaît. LaDéfensePassageTraversArcheSeuilOuestEst130421(14h)-0056 Racccourci

Coupe Arche de la Défense coupe sur le côté Est, l’esplanade de la Défense et ses dessous

ombres mouvantes et déplacement

Quelques remarques sur la place des ombres dans différentes formes de déplacement.

Linéarité défilante en modulation d’ombre

Sur l’axe menant de la rambla à la plage, les déplacements incessants forment une ligne de mobilité remarquable par sa densité. Chaque marcheur constitue un élément identifiable par sa mise, sa démarche, sa vitesse, etc, mais s’inscrit dans cette kinésique du défilement.

Dans ce défilé continu,  l’ombre végétale mise en valeur par le vent et projetée au sol est ici remarquable et constitue le formant sensible du seuil :

– en structurant l’expérience lumineuse du long parcours linéaire

– en changeant l’aspect du défilement par l’effacement transitoire des ombres des passants au profit de ces ombres agitées par le vent.

Pour voir la vidéo cliquer ci dessous : Montage de séquences prises d’un même point (sur le bord du chemin) et accélération vidéo utilisée par contraste au cadrage volaontairment fixe (sans pied)

Ombres Mouvantes et déplacement

Surface multidirectionnelle

Montage photo révélant la marque des ombres sur la dalle dégagée et minérale de la Défense. Ce montage évoque l’image d’une danse sur un plateau faisant interagir la surface continue et relativement indifférenciée du sol , au sens où il n’y a pas de seuil particulièrement émergeant dans le champ d’expérience visuel, sonore et kinésique) et le déplacement des individus qui s’y dispersent en tout sens (formalité d’usage). Cette interaction entre continuité et dispersion crée le formant sensible de cette expérience particulière de la dalle comme surface multidirectionnelle.

Seuilsd'Ambiance.007

 

 

 

Les axes de la marche

En résonance de la composition architecturale et urbaine selon des axes comme on l’a vu à La Défense, quelques réflexions et observations sur les pratiques de marche « axées ».

cimPNouvueaer

L’axe central du cimetière organise l’entrée dans l’hémicycle extérieur et le passage de l’enceinte, il vient butter sur la partie la plus ancienne.

Le second axe qui le croise lie deux portes sur l’hémicycle , mais la porte côté littoral a été fermée. La seconde porte sur la rue arrière est très empruntée, elle ferme avec le cimetière le soir venu.

Les marcheurs entrant  par l’axe principal suivent l’espace dessiné passant entre deux fontaines. La marche axée donne dan sce cas une certaine solennité

Vidéo :  suivi de l’axe de l’entrée du cimetière de Poble Nou